Véronique Cayla confirmée à la tête d'Arte

MEDIAS L'Assemblée générale de la chaîne a validé ce choix, mercredi...

S. C.

— 

Frederic MAIGROT / ARTE

Véronique Cayla succèdera bien à Jérôme Clément à la tête d’Arte, le 22 mars 2011. L’Assemblée générale de la chaîne, réunie mercredi à Strasbourg, a validé le choix du conseil de surveillance.
 
«Chaîne singulière et créative»
 
«Je suis honorée de prendre bientôt la succession de Gottfried Langenstein au Comité de Gérance, puis de Jérôme Clément à Arte France. Je tiens à leur rendre hommage pour avoir construit ce magnifique dessein franco-allemand, cette chaîne culturelle unique au monde qui, au quotidien, tisse à partir de deux cultures différentes une identité partagée», a déclaré Véronique Cayla, mercredi, selon un communiqué d’Arte.

«Au moment où Arte fête ses 20 ans, je mesure l’importance de l’héritage qui unit nos deux pays autour de cette aventure européenne exceptionnelle. (…) Entourée de tous les talents d’Arte, c’est avec enthousiasme que je m’attacherai à conduire cette tâche exaltante afin qu’Arte demeure toujours plus singulière et créative», a-t-elle ajouté.
 
CNC
 
Véronique Cayla prendra ses fonctions le 22 mars prochain. On ignore encore qui la remplacera à la direction du Centre National de la Cinématographie (CNC). Deux noms ont déjà été avancés, deux hommes au parcours assez proche.
 
Eric Garandeau, conseiller audiovisuel de Nicolas Sarkozy, pour commencer. Enarque, il a été chargé de mission auprès de Marc Tessier, président de France Télévision, (2001 à 2002), puis conseiller de Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture, (2002 à 2004), et enfin directeur financier et juridique du CNC. Il est au service de l’Elysée depuis 2007. Il n’arriverait donc pas tout à fait en terrain inconnu.
 
Roch-Olivier Maistre est également pressenti. Il est lui aussi diplômé de l’ENA et c’est également un habitué des couloirs du CNC puisqu’il y officie depuis 2006 en tant que médiateur du cinéma. Roch-Olivier Maistre a notamment été membre du cabinet de François Léotard au ministère de la Culture (1986 à 1988), directeur général de la Comédie française (1993 à 1995) et secrétaire général du Conseil de Paris (1995 à 2000). Fidèle de Jacques Chirac, il avait rejoint l'Elysée en 2000 en tant que conseiller technique pour l’éducation et la culture.
 
Mais les choses peuvent encore évoluer. L’histoire récente de France Télévisions et d’Arte ont prouvé que les favoris ont souvent tendance à être les premiers écartés.