Jérôme Clément: «Une génération d'artistes est née avec nous»

INTERVIEW Le président d'Arte s'apprête à célébrer les 20 ans de la chaîne franco-allemande...

recueilli par Benjamin Chapon

— 

Jérôme Clément est président d'Arte France et vice-président d'Arte GEIE.
Jérôme Clément est président d'Arte France et vice-président d'Arte GEIE. — M. BERNHART

De La Haine à Corpus Christi en passant par un « Karambolage spécial », Arte fête son 20e anniversaire avec une programmation best of ce week-end, puis une soirée chaque jeudi jusqu'au 18 novembre. Ses sites Internet seront aussi de la fiesta, puisque cet automne sont lancés des webdocs et une webfiction interactive, Addict(s). Une plate-forme Inter­net pour fédérer les jeunes talents européens, Arte Creative, verra également le jour à la fin de l'année. Le président Jérôme Clément fait le point.

Qu'est-ce qui vous rend le plus fier après vingt ans à la tête de la chaîne ?
Arte avait pour devoir d'explorer le talent des créateurs. Toute une génération d'artistes est née avec nous : Cédric Klapisch, Pascale Ferran, Mathieu Amalric. Nous leur avons donné une liberté de création dont ils se sont emparés. Grâce à eux, Arte a une image de découvreur de talents dont il faut rester digne.

Pourquoi fêter la signature du traité franco-allemand, du 2 octobre 1990, et non la mise à l'antenne en 1992 ?
Il s'agit de l'anniversaire d'un acte politique fort, un événement vraiment européen et franco-allemand. Beaucoup de gens ne connaissent pas l'histoire de la chaîne. L'environnement actuel n'a rien à voir avec celui dans lequel Arte a vu le jour. L'Europe politique n'est pas en forme, ses institutions sont en panne.

Cela change la donne pour Arte?
Nos missions sont renforcées. On a besoin, plus que jamais, d'une utopie européenne. Arte a une image forte parce qu'elle incarne cette utopie.

Une image forte,mais des audiences faibles !
Notre influence va au-delà de nos téléspectateurs courants. On a créé une marque, même si au départ, ce n'était pas l'objectif. Arte est devenue synonyme de qualité et de culture. Cette idée est passée dans le grand public et notre audace a de l'influence. Peut-être que les chaînes de France Télévisions n'auraient pas pris le virage culturel de ces dernières années sans Arte.

Quel successeur ?

Président d'Arte depuis sa création, Jérôme Clément ne sollicitera pas un nouveau mandat. « Après tant d'années au service d'Arte, je crois pouvoir légitimement aspirer à autre chose. Si quelqu'un peut me succéder, je laisserai la place. » Ce quelqu'un serait, selon Le Monde, David Kessler, ex-conseiller de Lionel Jospin. L'information n'a pas été confirmée par l'Elysée et la direction d'Arte rappelle que cette succession a déjà fait l'objet de plusieurs fausses rumeurs.