Philippe Val: «Ceux que je n'aime pas n'auront pas de problèmes avec moi, s'ils font bien leur job»

MEDIAS Le patron de France Inter revient sur la grille de rentrée de la station...

S. C.

— 

WITT/SIPA

A nouvelle rentrée, nouveau Philippe Val? Le directeur de la station France Inter défend la grille de la station tout en reconnaissant quelques problèmes avec les humoristes de la Matinale.
 
«Même s'ils ne sont pas encore calés, pas très au point, on leur fait confiance, affirme-t-il lundi à Télérama. C'est le grand privilège de France Inter que de pouvoir accompagner les talents. Vous auriez entendu les débuts de Desproges... Il a mis du temps.» Mais la patience de Philippe Val a ses limites puisque «une semaine après cette interview, Raphaël Mezrahi quittait la matinale», note l’hebdomadaire. Et l’humoriste de dénoncer dans la foulée «des ondes négatives en studio».
 
Cette rentrée 2010 est marquée par les départs de Stéphane Guillon et Didier Porte. Un changement qui, assure Philippe Val, n’a rien de politique. «J'en ai rien à foutre de plaire aux politiques», s’exclame-t-il dans Télérama. Puis, plus loin: «Je peux vous assurer qu'aucune personnalité politique ne m'a demandé de toucher à Porte et à Guillon.» Enfin, le directeur de France Inter revient sur les rumeurs de tensions entre lui et les salariés de la station. «Je crois vraiment, sans tomber dans les clichés, que je respecte les quatre cent cinquante personnes qui font la chaîne. Même ceux que je n'aime pas n'auront pas de problèmes avec moi, s'ils font bien leur job.»