Mediapart répond à Rémy Pflimlin

MEDIAS Le président de France Télévisions avait violemment critiqué le site d'information ce jeudi...

C.P.

— 

Nommé par N. Sarkozy, R. Pflimlin présidera le groupe dès le 24 août.
Nommé par N. Sarkozy, R. Pflimlin présidera le groupe dès le 24 août. — POUZET/ 20 MINUTES

Le directeur de France Télévisions estimait jeudi que le site d’information Mediapart - qui a sorti les premières révélations sur l’affaire Woerth-Bettencourt, et continue d’en sortir toutes les semaines – n’était pas respectueux «des éthiques», avait fait œuvre de «manipulations» et reflétait les «dérives» du Net. Le site d’information répond en rappelant sur son site que la justice a donné raison à Mediapart, qui avait été accusé de commettre des délits dans la révélation des informations.
 
«La justice a clairement donné raison à Mediapart, estimant que nos informations qui ont lancé l'affaire Bettencourt, relevaient de "la légitime information du public". Non seulement notre journal n'a commis aucun délit avec la révélation des enregistrements réalisés par l'ex-majordome de Liliane Bettencourt, mais il n'a fait que son devoir: informer sur des faits d'intérêt général; informer les citoyens, comme le dit le jugement en première instance, sur des faits "d'intérêt public".»
 
«Bon courage»
 
Dans un communiqué, la société des journalistes de Mediapart «condamne ces propos diffamants [tenus par Rémy Pflimlin], a fortiori quand ils émanent du responsable d'un grand groupe de service public, fut-il nommé directement par le président de la République.» Et la SDJ de conclure en rappelant que «dans un entretien au quotidien L'Alsace, M. Pflimlin a déclaré le 28 août dernier: "La question des relations avec le pouvoir ne me perturbe pas." En effet. Mediapart souhaite bon courage aux journalistes de France Télévisions.»
 
>> Pour voir les propos tenus par Rémy Pflimlin à l’encontre de Mediapart, c’est ici…