Bergé-Niel-Pigasse: Un nouveau Monde commence

MEDIAS Le vote décisif de lundi après-midi va en faveur du trio Bergé-Niel-Pigasse...

Charlotte Pudlowski

— 

Le stand du journal «Le Monde» au Salon du livre de Paris en mars 2008.
Le stand du journal «Le Monde» au Salon du livre de Paris en mars 2008. — SIPA

Le conseil de surveillance du Groupe Le Monde s’est prononcé, lundi 28 juin, sur le choix du repreneur pour la recapitalisation du groupe, et la préférence va, sans grande surprise, au trio d’hommes d’affaires Bergé-Niel-Pigasse.
 
L'offre B-N-P partait favorite après le vote massif en sa faveur de toutes les sociétés de personnels du groupe. Et lundi matin, les concurrents avaient annoncé qu’ils retireraient leur offre après le vote de l’après-midi, permettant symboliquement au conseil de surveillance de voter pour qui il le souhaitait.
 
La réunion de lundi se déroulait en deux temps, d'abord le conseil de Le Monde Partenaires et Associés (LMPA), puis celui de Le Monde Société anonyme (LMSA). LMPA contrôle 60% de LMSA, qui coiffe la société éditrice du quotidien et de ses autres filiales (Télérama, La Vie, Courrier international).
 

Selon Xavier Ternisien, journaliste médias du quotidien, le vote du conseil de LMPA a été acquis à B-N-P par 11 voix en faveur du trio et 9 absentions. Le quotidien a pour la première fois un seul actionnaire majoritaire. Le vote LMSA est en train de se tenir.
 
C’est la première fois, depuis la création du journal, qu’il existe un actionnaire majoritaire qui ne soit pas la voix des rédacteurs du Monde.