Game One, la petite chaîne qui met le numérique aux manettes

— 

Thomas Cammas, président de Game One.
Thomas Cammas, président de Game One. — dr

Vous êtes une petite chaîne satellitaire, mise en orbite dans les années 1990. Vos fondateurs vous ont donné le nom de code « C : ». Une de vos missions : promouvoir le téléchargement de jeux vidéo via un décodeur. Votre quête ayant échoué, vous renaissez en 1998 sous le nom de Game One. Puis vous mutez et devenez « la chaîne des générations digitales, souligne Thomas Cammas, son président. En fait, on a suivi la même évolution que le jeu vidéo, sorti du cercle des geeks passionnés pour rejoindre les cultures numériques au sens large et toucher un autre public, des femmes notamment. » Si Game One garde ses émissions culte, dont le « Retro Game One » de Marcus sur les jeux vidéo de l'époque paléolithique (genre années 1980) ou les « Game Clips » mixant musiques et images de jeu, il convie aussi dans sa grille mangas et séries animées, comme « South Park ».
Alors, fini le grand jeu des « hard gamers » ? Pas exactement. En plus de suivre l'actualité du secteur, en couvrant abondamment l'E3, par exemple, la chaîne songe à retenter le téléchargement de jeux ! « Dans les années 1999, l'idée était bonne, mais pas le timing. Aujourd'hui, les usages sont mûrs, l'Internet haut débit est généralisé… Nous y réfléchissons sérieusement ». Game One, ta quête des origines est de retour.Anne Kerloc'h