Média : Ce dimanche, Virgin Radio redevient Europe 2

Radio Selon Médiamétrie, sur la période septembre octobre, Virgin Radio a enregistré un plus bas historique, avec une audience cumulée (AC) de 2,6 %

20 Minutes avec AFP
— 
Le groupe Vivendi est l'actionnaire majoritaire du groupe Lagardère, qui contient les radios Europe 1, Virgin radio et RFM.
Le groupe Vivendi est l'actionnaire majoritaire du groupe Lagardère, qui contient les radios Europe 1, Virgin radio et RFM. — AFP

Face à des audiences au plus bas, la station musicale pop-rock Virgin Radio va retrouver son nom originel, et ce à partir de dimanche : Europe 2. Rebaptisé Virgin en 2008, ce changement de nom a pour but de tenter de (re) conquérir les 25-49 ans partis vers d’autres ondes ou vers le streaming.

Inaugurée dans les années 1980, la marque reprendra aussi ses droits la nuit de la Saint-Sylvestre, « dans la continuité » des changements entamés en septembre, a expliqué Stéphane Bosc, directeur général des radios musicales de Lagardère, groupe détenu en majorité par Vincent Bolloré, également propriétaire d’Europe 1 et RFM. Ce retour aux sources avait été annoncé dès cet été par le groupe privé et a depuis été validé par l’Arcom.

Viser plus vieux

Europe 2 se veut fidèle au pop-rock et à la « nouvelle scène » française de la programmation, moins portée sur l’electro, selon Stéphane Bosc. « On voulait revenir à une marque forte qui nous appartienne » et une « plateforme commune » avec Europe 1, explique Stéphane Bosc. L’objectif était aussi de cesser de verser de l’argent au géant Richard Branson, propriétaire du nom Virgin, avec lequel Lagardère avait espéré investir le numérique et élargir son audience.

Selon Médiamétrie, sur la période septembre octobre, Virgin Radio a enregistré un plus bas historique, avec une audience cumulée (AC) de 2,6 % et une part d’audience (PDA, scrutée par les publicitaires) d’1,6 %, loin derrière l’autre station pop-rock, RTL 2 (3,9 % et 3,2 %).



« Si on pouvait revenir à 4,5 % d’audience cumulée et 3,5 % de PDA, j’en serais ravi », fait savoir Stéphane Bosc. « Mais cela prendra du temps », prévient le directeur, donnant un horizon de trois ans.

A l’heure où le média radio, fragilisé par la pandémie et concurrencé par le streaming, perd des auditeurs, Europe 2 entend selon lui se recentrer sur les 25-49 ans, plutôt que de « pêcher dans un lac vide de poissons » en visant les 13-24.