« c'est une sorte d'Indiana Jones »

Recueilli par Alice Coffin

— 

Le téléfilm relate près de quatre-vingts ans de vie de l'écrivain, décédé en 1848.
Le téléfilm relate près de quatre-vingts ans de vie de l'écrivain, décédé en 1848. — P. GUIBERT / VISUAL PRESS AGE

Le comédien Frédéric Diefenthal incarne le celébre écrivain Chateau­briand, ce soir, dans un téléfilm de Pierre Aknine, diffusé sur France 2.

Comment avez-vous appréhendé

ce nouveau rôle ?
Si je n'avais regardé que l'aspect littéraire et intellectuel du personnage, j'aurais eu des complexes. Mais j'ai été surpris par Chateaubriand. C'est une sorte d'Indiana Jones en quête non d'un trésor, mais des joyaux du monde.
Vous dites ça pour toucher

un public plus jeune ?
Mais justement, ça devrait leur parler. Chateaubriand s'est sauvé de chez lui et d'un monde dont il avait horreur à 18 ans. Cela peut montrer qu'il est possible de partir d'une tour HLM !
C'est un film engagé alors !
Permettre en appuyant sur le bouton de sa télé d'avoir un accès au patrimoine, c'est un engagement ! Le petit écran n'est pas là juste pour vendre des yaourts. Patrick de Carolis a fait un boulot formidable depuis cinq ans.
Une période pendant laquelle on vous a beaucoup vu à la télévision…
Quand j'ai joué dans la série « Clara Sheller », on m'a dit mais « tu sors d'un tel succès avec Taxi, tu vas te brûler les ailes ». On regardait la télé de haut. Alors que les trois quarts des acteurs y débutent. J'ai pu m'y renouveler, tout en continuant cinéma et théâtre.

Avez-vous des projets ?
Je vais m'atteler à la réalisation d'un premier film et serai bientôt au théâtre dans Kramer contre Kramer. Mais j'aime aussi cultiver des tomates, un de mes points communs avec Chateaubriand, qui appréciait les jardins !