boire la tasse à s'y noyer

— 

Traînant le blues de comptoir en comptoir, l'économie n'est pas une petite buveuse. Quand elle vous fait trinquer à coup d'eau amère, ce n'est pas de la petite bolée qu'elle envoie mais du suffocant geyser. La crise est finie, la crise commence. Une « bombe sociale à retardement » est en train d'ajuster son détonateur. Si elle explose, nous serons transportés au pays des hôtels sans étoile, chambres insalubres où se blottissent les sans-abri et où les rebords de fenêtre servent de frigo. A moins que ne nous soyons envoyés dans les territoires sinistrés qui font de l'Est un horizon qui a baissé le rideau. Anne Kerloc'h