France Télévisions à l'assaut du web-documentaire

Alice Coffin, envoyée spéciale à Biarritz

— 

Comme à l'Assemblée, l'opposition de gauche va voter contre un texte qui prévoit aussi la nomination des présidents de l'audiovisuel public (France Télévisions, Radio France...) par le chef de l'Etat, avec avis du Parlement et du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).
Comme à l'Assemblée, l'opposition de gauche va voter contre un texte qui prévoit aussi la nomination des présidents de l'audiovisuel public (France Télévisions, Radio France...) par le chef de l'Etat, avec avis du Parlement et du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). — Stéphane de Sakutin AFP/Archives

«Comparable à la BBC». «La première offre multimédia avec des projets d’auteurs». «Un projet considérable». Les dirigeants de France Télévisions sont tout foufous. Ils ont profité, jeudi à Biarritz, du FIPA (festival international des programmes audiovisuels) pour présenter leur collection documentaire «Portrait d’un nouveau monde».

24 web-documentaires

Soit 24 web-documentaires, articulés autour d’«histoires d’hommes, de femmes, de lieux qui donnent à comprendre les grands enjeux du XXIe siècle». Les quatre premiers, répartis sous la thématique «La Chine, une superpuissance», seront en ligne le 15 février sur le site de France 5.

A l’origine du projet un partenariat entre France Télévisions et les productrices de Narrative, spécialisées dans le web-doc. «France Télévisions devait s’intéresser aux web-documentaires, estime Philippe Vilamitjana, directeur des programmes de France 5. Si on n’occupe pas ces territoires nouveaux et créatifs, d’autres le feront. Quand Arte a fait son web-documentaire Gaza-Sderot, tout le monde en a parlé, il fallait qu’on réagisse». Même si le web-doc reste encore peu connu.

300 auteurs ont envoyé leur projet

«Dans les milieux de l’audiovisuel, on en parle beaucoup, mais le grand public n’identifie pas encore bien ce genre, estime Aurélie Hamelin, responsable du pôle contenu média global de France Télévisions. On a pensé qu’une collection permettrait de mieux mettre en valeur les films». Quelque trois cents auteurs ont envoyé leurs projets.

«Auparavant les web documentaires se faisaient vraiment avec des bouts de chandelles, note Laurence Bagot de Narrative. Là, pour la première fois, on a pu travailler en engageant des frais, même si on est encore loin d’avoir trouvé un business model pour ce genre». En tout, les 24 films ont bénéficié d’un budget de 450.000 euros.  Et pourraient, à terme, être diffusés à la télévision.

Les quatre premiers web-documentaires de la collection «Portraits d’un nouveau monde»

Concubines (Axelle et Marina de Russé, Elsa Fayner)

Une plongée dans l’univers des deuxièmes femmes chinoises. Plusieurs récits peuvent être suivis par l’internaute. Journal d’une concubine raconte l’histoire de la concubine la plus populaire du Net chinois. Tueuses de Concubines part à la rencontre d’une détéctive privée qui traque ces femmes pour aiders les épouses trompées.

Zhang, une jeunesse chinoise (Gilles Sabrié)

Le parcours d’un jeune homme, Zhang, qui a quitté sa campagne natale pour trouver une vie meilleure à Pékin.

Bienvenue en Chinafrique (Serge Michel et Paolo Woods)
Du Congo à l’Algérie, les réalisateurs parcourent l’Afrique pour raconter l’arrivée massive des Chinois, notamment à travers l’histoire de Béta, mère de deux enfants sino-africains, qui habite en Zambie.

Le Train de la désertification (Benoît Aquin et Patrick Alleyn)

La traversée de la Chine, de Pékin à Kachgar, à bord d’un train, à la découverte du bouleversement écologique qui frappe le nord du pays.