Jean-Luc Hees le 7 mai 2008
 Jean-Luc Hees le 7 mai 2008 — CAPMAN VINCENT/SIPA

INTERVIEW

Jean-Luc Hees: «Je doute que Stéphane Guillon me présente ses excuses»

Le président de Radio France se félicite des résultats d'audience de ses stations et revient sur la chronique litigieuse de l'humoriste...

Que pensez-vous des résultats publiés mardi par Médiamétrie sur les audiences des radios des mois de novembre et décembre derniers?
Je suis content. La part du groupe monte de 0,6 point sur un an dans un marché global pourtant en baisse.
 
France Inter est pourtant en léger recul…
La grève du mois de décembre a eu un impact sur ces résultats puisque nous avons eu trois jours non pris en compte. L’audience de France Inter ne m’inquiète pas. C’est une station que j’écoute beaucoup et la qualité est là. La preuve: nous faisons toujours jeu égal avec RTL entre 7h45 et 8h15. Je constate aussi que le week-end, qui n’a pas subit de grève, est en hausse. Cela conforte les changements initiés par Philippe Val, le directeur de la station.
 
Comment expliquez-vous que France Info (audience cumulée en hausse, à 9,1%, ndlr) tire son épingle du jeu?
Nous avons mis en place une grosse réforme. Ces chiffres, réalisés alors que nous étions dans une période «creuse» de l’information, confirment que le service offert sur la station est bon. Je tiens aussi à saluer l’énergie de l’équipe. La rédaction s’est montrée très disponible et très ouverte aux changements. On sent qu’il y a quelque chose de différent sur France Info. Mais je salue aussi France Bleu, qui continue sa progression, et France Culture, où la durée d'écoute augmente très sensiblement.
 
Un dernier mot, sur Stéphane Guillon. Vous êtes-vous expliqués depuis la chronique du 11 janvier dernier?
Nous n’avons pas eu le temps car juste après, il y a eu le séisme en Haïti qui m’a semblé plus important que l’humour de Stéphane Guillon. Mais nous avons l’habitude de toujours nous parler franchement et directement. Quant à des excuses publiques (évoquées lors d’une interview sur l’Express.fr), je n’y suis pas hostile. Je n’aime pas que l’on porte atteinte à mon intégrité. Mais je doute que Stéphane Guillon m'en présente.