Le placement de produit à la télé validé par le CSA

TELEVISION Certains produits resteront toutefois interdit de publicité...

Sandrine Cochard avec agence

— 

 
  — ASTON MARTIN/EPA/SIPA

L’Aston Martin de James Bond, la Peugeot 406 de «Taxi» ou encore Fedex dans «Seul au monde»... La pratique très américaine du placement de produit arrive à la télévision française. Elle sera toutefois très encadrée par une réglementation fixée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).
 
Légalement, émissions et fictions françaises ont le droit de recourir à cette nouvelle forme de publicité (voir encadré) depuis la loi du 5 mars 2009. Le gendarme de la télévision a toutefois apporté des précisions, mercredi. Il a ainsi décidé que placement de produit sera réservé aux oeuvres cinématographiques, aux fictions audiovisuelles et aux vidéo-musiques.
 
>> Placement discret ou saturation, voici ce qui pourrait nous attendre.
 
Comme l’avait annoncé Christine Kelly, chargée de ce dossier au CSA, à 20minutes.fr en avril dernier, certains produits ne pourront en bénéficier. «Les produits dont la publicité est interdite ou encadrée pour des raisons de santé ou de sécurité publique ne pourront faire l'objet d'un placement, notamment l'alcool, le tabac, les médicaments et les armes à feu», précise le CSA dans un communiqué.
 
L'apparition d'un pictogramme au début d'une émission, après chaque interruption publicitaire et pendant le générique de fin, informera les téléspectateurs de l'existence d'un placement de produit, ajoute le CSA. Et pas question aux annonceurs d’imposer leur loi. «Le contenu et la programmation des émissions comportant du placement de produit ne devront en aucun cas être influencés dans des conditions portant atteinte à la responsabilité et à l'indépendance éditoriale des chaînes», avertit le CSA.
 
Ce projet doit encore être soumis aux chaînes pour une adoption définitive fin janvier 2010.
 
Que pensez-vous de ce projet? La France a-t-elle raison d’autoriser le placement de produit?

Le placement de produit consiste à montrer dans un programme un produit, un service ou une marque, moyennant un paiement ou une autre contrepartie de l'annonceur. Jusqu'ici, ce type de publicité n'était autorisé qu'au cinéma.