La très auguste destinée d'Auguste Derrière

LIVRE «Les moustiques n'aiment pas les applaudissements» rassemble des aphorismes idiots et hilarants...

Anne Kerloc'h

— 

Le Bordelais imaginaire.
Le Bordelais imaginaire. — dr

Ne cherchez plus quel étincelant esprit cisela l'aphorisme «Qui éternue face au vent essuiera ses lunettes», ni quel publicitaire aux neurones 10.000 volts signa les réclames pour les couches Kussek. Derrière ces «jeux de mots laids», un nègre oublié et multicarte, Auguste Derrière, né en 1892, dont la pensée est (enfin!) compilée dans Les moustiques n'aiment pas les applaudissements (éd. Le Castor Astral).

Sauf que... derrière Derrière se cache un collectif de graphistes bordelais, PoaPlume. «Tout est parti d'un calendrier que nous envoyons à nos clients, depuis huit ans, raconte sa cofondatrice Nadia Geyre, avec des fausses réclames, des proverbes type Almanach Vermot.»

En janvier 2009, Poaplume s'attelle à la transformation en livre de son stock de maximes absurdes. «Petit à petit, on s'est dit qu'il fallait inventer un personnage, avec un nom choisi... Histoire que l'on comprenne très vite qu'il s'agissait d'un livre d'humour.» Auguste émerge alors du grand néant. Avec un tirage de 11.000 exemplaires et un blog effervescent, le Bordelais imaginaire est en passe de devenir un phénomène, d'autant qu'un «Auguste concours» de bons (mauvais?) mots devrait bientôt être lancé sur le Net. Comme dirait Derrière, «mieux vaut avoir un grain qu'être exprès sot».