Nadine Morano: «Il faut réfléchir à une éducation aux médias»

POLITIQUE La secrétaire d'Etat à la famille veut créer une fondation qui enseignerait aux parents et aux enfants les usages du Net...

Sa. C.

— 

 Nadine Morano, le 27 août 2009 à Paris.
 Nadine Morano, le 27 août 2009 à Paris. — SICHOV/SIPA

L’Internet, cette terre inconnue… C'est du moins ce que pense Nadine Morano. Recevant mercredi matin le rapport de la commission «Famille, Education aux médias» qu'elle a installé en mars dernier, la secrétaire d'Etat à la famille a réaffirmé sa volonté d'éduquer les citoyens, enfants et parents, aux médias.

Télévision, Internet et jeux vidéo dans le viseur


«Eduquer aux médias, c'est réinvestir les parents d'une mission essentielle qui est la protection de leur enfant», a-t-elle déclaré devant les membres de la commission, présidée par Agnès Vincent-Deray, ex-membre du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, et la presse. Dans le viseur de Nadine Morano, la télévision, les jeux vidéos et Internet.

Celle qui a qualifié le jeu GTA de jeu à la con, veut notamment la création d'une signalétique pour les jeux vidéos. Mais son principal combat est celui d'Internet. Selon elle, «aujourd'hui presque 90% des adolescents surfent tous les jours sur Internet, et 60% des 6-11 ans vont quasiment tous les jours sur leurs ordinateurs». Pire, les parents seraient même dépassés par ce nouveau média. «Internet est devenu une zone de non-droit dont les parents sont exclus», a-t-elle poursuivi.

Fondation spéciale

Pour impulser cette dynamique, Nadine Morano s'appuie sur les 15 propositions du rapport «Famille, Education aux médias». Avec deux priorités: créer une fondation d'éducation aux médias - qui agira en «véritable tour de contrôle» selon Nadine Morano - et la mise en ligne d'un portail intégrant des outils pour aider parents et enfants à s'y retrouver.

Malgré la motivation de la secrétaire d'Etat, l''heure est encore aux voeux pieux. Le succès de la fondation dépendra notamment de l'implication des acteurs concernés (chaînes de télévision, radios, sites, FAI...), qui sont invités à s'investir sur la base du volontariat.

Autre problème à résoudre rapidement: celui du financement. La fondation sera financée «très majoritairement par des fonds privés», a glissé la secrétaire d'Etat, affirmant que des sociétés comme Orange, le groupe Lagardère et le groupe Bolloré s'étaient déjà montrés intéressés. Le budget de la fondation, dont le montant déterminera le nombre d'actions menées, n'est cependant pas encore bouclé.

Ecole

Selon les propositions de la commission, le gros du travail de sensibilisation pourrait être fait à l'école, à travers notamment une «formation obligatoire pour tous les élèves» et plus de cours dédiés aux médias. Là encore, cela ne dépend par de Nadine Morano mais du ministre de l'Education nationale, Luc Chatel. Pas de quoi s'engager pour le moment, donc.


Parents, vous sentez-vous dépassés par Internet? Souhaiteriez-vous une formation pour mieux comprendre les médias et mieux les expliquer à vos enfants?