Pas trop tard pour se mettre au « late show »

Alice Coffin

— 

Yassine Bellatar animera la première d'« On achève bien l'info » ce soir, sur France 4.
Yassine Bellatar animera la première d'« On achève bien l'info » ce soir, sur France 4. — L. DENIS / FRANCE 4

Wah, l'autre, il maîtrise même pas le stand up

et il voudrait faire du late show... Il y a quelques années encore, les animateurs américains auraient pu envoyer cette vanne à leurs homologues français. Ou plutôt à leurs non homologues. Car, témoigne Bertrand Villegas, de l'agence de veille The Wit, « la France est un des rares pays à ne pas posséder de vrai late show [mélange d'actualité, de spectacle et d'humour diffusé tard dans la soirée]. C'est pourtant un basique international, même si la référence reste américaine. » Mais l'espoir pourrait venir... du théâtre. Car le stand up, exercice scénique privilégiant l'impro et la dérision, et inspiré du quotidien, existe depuis quelques années en France, notamment dans le « Jamel Comedy Club ». Et, dans la foulée, les late shows débarquent.

Après une première émission sans grand succès en début d'année, Yassine Bellatar lance, ce soir, à 22 h 30, « On achève bien l'info », sur France 4. Et la semaine prochaine, Mustapha El Atrassi lui emboîte le pas sur Comédie (jeudi à 20 h 40) et NRJ 12 (vendredi à 23 h 15) avec « La nuit nous appartient », produit par Catherine Barma. « Letterman, Leno, tous les présentateurs des late shows viennent du stand up, explique celle qui produit aussi Ruquier. Mustapha est dans cette lignée. » Il confirme : « C'était pas gagné que le stand up entre dans les moeurs, parce que prendre le micro et balancer des vannes en chemise froissée, c'est pas dans la culture française. Les late shows vont combiner cette scène et le format télé. » Yassine Bellatar s'est d'ailleurs entouré d'artistes venus des planches. « La télé était peu ouverte à cette nouvelle génération, mais elle arrive devant les caméras », affirme-t-il.

Alors, les chaînes françaises auront-elles bientôt toutes leur late show ? « Il n'y a pas de malédiction jetée sur notre pays, explique Bruno Gaston, le directeur de France 4. Et la TNT contribue à renouveler les types de programmes. » Mais il n'y en aura pas pour tout le monde. « Aux Etats-Unis, il y a plusieurs late shows par jour ! s'exclame Catherine Barma. Ici, il n'y a pas assez de personnalités pour diversifier les soirées, mais oui, c'est sûr, ces émissions vont se développer. » Même si, précise Bertrand Villegas, « en France, le stand up est récent. Donc, on confie ces émissions à des débutants. Alors qu'aux Etats-Unis, c'est une consécration après une carrière bien entamée. » Aux Français de faire rimer late avec précocité. W