Des sons très space pour le «Vaisseau spécial»

MEDIAS Une saga complètement sonnée...

Anne Kerloc'h

— 

Complètement sonnée, la saga. Pour le «Vaisseau spécial», drôlissime série sonore de douze épisodes et de «mille signifiants scatologiques» signée Frank Bellocq (le Frankiki de «Groland»), l'équipe d'Arte Radio est allée très loin, jusqu'aux confins de l'univers intergalactique et comico-absurde.

«Le bruitage a été un régal, une vraie récréation», raconte Samuel Hirsh, coréalisateur avec Armand Forest. Si une partie des ambiances spatiales provient de banques de sons et d'effets numériques, l'équipe a aussi utilisé toutes les ressources du bruitage artisanal. On ne dira jamais assez le bonheur de reproduire une attaque d'Ewoks de l'espace grâce à Sophie la girafe, ce jouet pour bébés qui émet de doux coin-coin quand on lui presse le bidou. Derrière le bruit élastique de l'organe reproducteur de l'extraterrestre Grichkor (sa femme, c'est Iga), sache, cher auditeur, que se cache un gant Mapa. «On a aussi essayé d'étirer des préservatifs, mais le gant Mapa, y a pas mieux.» Pour la démarche suavement gluante des Aliens, ce sera «une éponge trempée dans l'eau, un classique». Et quand le vaisseau est aspiré par un trou noir, une machine à laver se charge de reproduire l'ambiance.

Merci, cascadeurs du son, merci.

«L'exercice d'une fiction radio est particulier, il faut écrire comme si on avait les yeux bandés, en remplaçant les actions des acteurs par des intentions sonores», raconte Frank Bellocq. Lui-même a payé de sa personne pour les bruits de chutes. «Il s'est jeté sur le canapé et la moquette du studio à plusieurs reprises, sourit Samuel Hirsch. Une fois, il s'est lancé contre le mur avec tellement de conviction qu'un panneau Arte s'est décroché.» Merci, cascadeurs du son, merci.

Anne Kerloc'h

Ecoute en podcast, téléchargement et iPhone sur www.arteradio.fr.