«La Vida Loca», une sortie fidèle à Poveda

CINEMA Le documentaire du photoreporter assassiné le 2 septembre au Salvador sort dans les salles...

Alice Coffin

— 

«Christian Poveda a été assassiné le 3 septembre dans la banlieue de San Salvador. Il a payé de sa vie une enquête exceptionnelle sans concession, sans préjugés, sur l'un des gangs les plus violents d'Amérique latine, la Mara 18.» Cet encart rédigé par la productrice du film, Carole Solive, a été ajouté au début de La Vida Loca.

«Toucher ces jeunes-là»

Ce documentaire consacré aux gangs de jeunes Salvadoriens sort aujourd'hui. «Il fallait bien sûr rappeler la mort du réalisateur, explique-t-elle. Pour le reste, nous n'avons rien changé au film.» Ni à sa programmation, puisque le plan originel de distribution n'a pas été modifié. Très remarqué, en juin, au festival Sunny Side of the Doc de La Rochelle, La Vida Loca sort dans 130 salles. «Un nombre énorme pour un documentaire», note Laurence Bierme, la distributrice.

Mais elle a dit non à toutes les demandes d'exploitation «qui, par opportunisme, sont intervenues après la mort de Christian». Fidélité aussi au projet de Christian Poveda d'organiser une tournée dans des cinémas en banlieue. «Il voulait d'abord toucher ces jeunes-là», note Carole Solive.

Une « volonté pédagogique de montrer la violence juvénile » - dixit Laurence Bierme - qui n'a pas échappé au Centre national de la cinématographie : l'oeuvre a été classée tous publics. « Les réactions lors de notre dernière projection, au Val-Fourré, sont extrêmement émouvantes. Ils ont compris que s'il a été tué, lui aussi, c'est parce qu'il avait réussi à faire partie des leurs », note Laurence Bierme. Même si, conclut Carole Solive, « ceux qu'il s'est refusé à montrer comme des monstres ont fini par révéler qu'ils n'avaient effectivement pas d'autre pensée que de tuer ».