« Voir à quoi Hitler ressemblait »

Alice Coffin et Anne Kerloc'h

— 

Jules, Eric et Adrien (de g.à dr.) ont visionné le premier épisode du documentaire, hier.
Jules, Eric et Adrien (de g.à dr.) ont visionné le premier épisode du documentaire, hier. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Le choc a-t-il opéré ? France 2 souhaitait que sa série documentaire sur la Seconde Guerre mondiale soit « un choc sans précédent » pour « les générations de jeunes téléspectateurs ». Eric, 30 ans, Adrien, 25 ans, et Jules, 19 ans, peuvent lui répondre. Tous trois étaient conviés, hier soir, à regarder le premier épisode d'Apocalypse dans les locaux de 20 Minutes.

Premier pari de la série : la mise en couleurs des images d'archives. Résultat ? « C'est très positif car plus attractif », explique Eric. « Surtout la couleur rouge, présente dans les grands défilés nazis, le sang », confirme Adrien, attentif à ces questions puisqu'il travaille dans l'audiovisuel. La couleur impressionne particulièrement « dans les apparitions d'Hitler, très présent à l'écran, notes Jules, étudiant en histoire. J'ai eu l'impression de voir plus précisément à quoi il ressemblait. » Et ça, ajoute Eric, « ça jette un froid car on voit plus son charisme, et quand on sait ce qu'Hitler représente... » Autre choc : « la quantité d'images d'archives », estime Adrien. Même s'il trouve à l'ensemble un aspect plus cinématographique que documentaire. « Rien que le titre, Apocalypse... » Comme Jules, il cite à plusieurs reprises le film Walkyrie, sorti en début d'année, avec Tom Cruise au générique. « Quand je vois une femme qui pleure sur un mort, c'est encore plus triste parce que je sais que c'est vrai, raconte Eric. Ça choque, mais ça met dans l'ambiance. Montrer la violence, c'est nécessaire pour montrer l'atrocité. » A peu de chose près, les propos du réalisateur Daniel Costelle. Mission - de service public - accomplie. W