Le gouvernement italien défend Silvio Berlusconi contre la presse étrangère

MEDIAS Et prétend que les journaux étrangers publient des photos retouchées à la veille du somment du G8...

Avec agence

— 

Silvio Berlusconi le 19 juin 2009
Silvio Berlusconi le 19 juin 2009 — OLIVIER HOSLET/EPA/SIPA

Le gouvernement italien accuse la presse étrangère de mener une «campagne morbide» à l’encontre de Silvio Berlusconi.

Dans une note, les services du gouvernement citent le quotidien britannique «du groupe Murdoch» (le «Sunday Times», notamment, ndlr) qui affirme dimanche que de nouvelles photos gênantes pour le Cavaliere, prises à la villa Certosa, seraient publiées avant l'ouverture du sommet du G8, organisé du 8 au 10 juillet à L'Aquila (centre de l'Italie). «Une certaine presse étrangère insiste pour publier des mensonges et des insinuations sur le président Berlusconi sans citer de noms ni de sources», affirment-ils. Pour eux, il s'agit d'une «attaque concertée».

Une allusion à la publication, début juin dans le quotidien espagnol «El Pais», d’une partie des 700 clichés pris lors de réceptions privées dans la villa de Silvio Berlusconi en Sardaigne.

Interdiction

Selon les propos des services du gouvernement rapportés par l’agence italienne Ansa, «aucune photo prise à la villa Certosa ne peut être embarrassante» pour Berlusconi. Quant aux photos dont parle le «Sunday Times», elles «ne correspondent pas à des faits réels et sont certainement le fruit de manipulations ou de photomontages numériques», ajoutent-ils.

Lundi, le chef du gouvernement en a remis une couche: il a affirmé n'avoir «rien à craindre» de l'éventuelle publication de nouvelles photographies compromettantes: «Une certaine presse étrangère, en liaison avec une certaine presse italienne, mène une campagne malsaine, a-t-il dit. Mais il n'existe pas de photos embarrassantes. Je le répète: je n'ai rien à craindre. Les informations ordurières et la calomnie ne me touchent pas».

 

En guise d'avertissement, le gouvernement italien a insisté: la publication de ces photos est «interdite» et qu'une éventuelle publication, même dans un journal étranger, serait un «délit», d'autant plus s'il s'agit «d'images manipulées». Pour rappel, Silvio Berlusconi avait porté plainte, à la découverte des photos exposées dans la presse, pour atteinte à la vie privée. Depuis, le parquet de Rome avait ordonné la saisie de plusieurs centaines de photos prises lors des fiestas de Silvio.