Business plan et bouts de pixels

— 

Dans le monde du Web-docu, « le modèle économique reste à inventer », note Guillaume Blanchot, du Centre national de la cinématographie. La commission d'aide aux nouveaux médias de cette institution est, du reste, « le plus gros soutien de la profession », explique Arnaud Dressen d'Honkytonk, une boîte de production spécialisée dans le Web-docu. Comme ses petits camarades, il compte aussi sur les chaînes. Canal+ a ainsi investi 20 000 euros pour son Challenge. « On encourage aussi les producteurs à travailler avec la presse », poursuit Blanchot. Génération Tien'anmen : avoir 20 ans en Chine a ainsi été hébergé sur le site du journal Le Monde, mais aussi de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Pour « Brèves de Marseille », dont les épisodes sont diffusés jusqu'au 4 juillet, le producteur, Corsen, a monté un partenariat avec La Provence et Orange. « Il faut, poursuit Arnaud Dressen, rompre avec la notion d'exclusivité pratiquée en télé. Sinon ce n'est pas viable. » W