Les ondes de la BBC reprennent à Kigali

MEDIAS Au Rwanda, le gouvernement a autorisé la radio à reprendre ses activités...

Avec agence

— 

Le tribunal supérieur d'appel (TSA) de Mamoudzou a rejeté vendredi la demande d'extradition d'un Rwandais, Pascal Simbikangwa, recherché pour participation présumée au génocide de 1994 et interpellé le 28 octobre à Mayotte, a-t-on appris de source judiciaire.
Le tribunal supérieur d'appel (TSA) de Mamoudzou a rejeté vendredi la demande d'extradition d'un Rwandais, Pascal Simbikangwa, recherché pour participation présumée au génocide de 1994 et interpellé le 28 octobre à Mayotte, a-t-on appris de source judiciaire. — AFP/Infographie

Le gouvernement rwandais a à nouveau autorisé les émissions du service en langue nationale de la BBC, suspendues depuis le 25 avril, mais en exigeant que la radio britannique «corrige ce qui lui est reproché», selon un communiqué diffusé sur les ondes de Radio Rwanda et signé par la ministre rwandaise de l'Information, Louise Mushikiwabo.

Kigali avait accusé le service en kinyarwanda (langue nationale) de la BBC de donner la parole à des «négationnistes» et de mettre en péril le processus de réconciliation nationale dans ce petit pays d'Afrique centrale qui tente de se remettre des conséquences du génocide de 1994.

Suspension temporaire

Il était en particulier reproché à la BBC d'avoir diffusé dans son émission hebdomadaire «Imvo n'Imvano» (Le fond du problème) des interviews «susceptibles» d'entraver les efforts d'unité et de réconciliation nationale, selon Kigali. La BBC avait alors répondu avoir invité sur ses ondes un membre du gouvernement, qui aurait décliné l'invitation.

Des organisations de défense des droits de la presse et de l'Homme, Reporters sans frontières (RSF) et Human Rights Watch (HRW), avaient exhorté Kigali à lever immédiatement la suspension de ces émissions.