Les internautes rivés sur l’émission «Zone interdite» consacrée au sexe

MEDIAS Leurs réactions sont paradoxales. D'un côté, ils crient à la caricature et au bidonnage; d'un autre, ils sont restés scotchés devant leur écran toute la soirée. Revue de Web.

AA

— 

Le logo de l'émission "Zone interdite" sur M6
Le logo de l'émission "Zone interdite" sur M6 — DR

Dimanche soir, M6 diffusait un «Zone Interdite» consacré au sexe. Un grand moment télévisuel! Bilan des courses: une moyenne de 3,6 millions de téléspectateurs étaient devant leur petit écran, selon Médiamétrie, un chiffre qui place M6 en deuxième position des audiences de la soirée.

Signe de l’engouement pour l’émission: les internautes l’ont commenté en live sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et sur leurs blogs. Parmi eux, nombreux sont ceux qui ont décrié le côté «racolage» des sujets diffusés tout en... y restant scotchés. Et pour cause, la chaîne n’a pas fait dans la dentelle, enchaînant reportages sur la bisexualité, sur ces femmes qui «consomment» des hommes et partent avant le petit déjeuner, sur la dépendance aux sites pornographiques ou sur comment se refaire une virginité.

Sexe, Internet, femmes pas farouches... la recette gagnante

La blogueuse Frogita ironise sur le premier «grand reportage de société» sur ces femmes prédatrices, où l’on découvre le portrait de Justine, inscrite au site adopteunmec.com, sorte de supermarché où les filles peuvent mettre dans leur caddie les types dont le profil les attirent. «Deux mois qu'elle est inscrite (à ce site), tu parles d'une habituée, écrit Frogita. La pauvre a peur de l'amour car elle a vécu des histoires longues qui se sont mal finies. Longues donc. Elle a 26 ans! Ça veut dire quoi, des histoires longues dans ce cas?»

>> A lire: le résumé des perles de l’émission «Zone interdite» >>

Mais ce n’était encore rien comparé à la déferlante de réactions en ligne au moment où le sujet sur la virginité a été diffusé. Ce qui a «fait dresser les cheveux sur la tête» du blogueur Julien: sur son site, celui-ci parle de «dégénérés évangélistes américains qui prônent l’abstinence avant le mariage».
«Vu sur M6: une Américaine mère de six enfants refait son hymen pour être vierge à son anniversaire de mariage. Et son mari y croit!», s’étonne BeneCharles sur Twitter. D’autres internautes notent les tarifs: «Se faire refaire les seins en Thaïlande coûte plus cher que se faire reconstituer l'hymen aux Etats-Unis. J'apprends des choses», dit l’un; «un nouvel hymen pour 4.500 euros. Ça branche qui?», demande un autre.

Retour sur le plateau de l'émission, où Maia Mazaurette, blogueuse sur Sexeactu, recadre le sujet. Elle rappelle que l'abstinence pousse les concernés à davantage de sexe oral et anal, façon de compenser, et précise que le film «Twilight», gros carton cinématographique, vante la chasteté avant le mariage. Intervention saluée par la blogosphère.

Puis, M6 a fait le portrait d’un couple qui s’est rencontré il y a un an à Cannes et fait des photos sexy («porno chic», dit l’un de leurs amis interrogés dans le reportage) pour pimenter sa vie. Elle, sur le Net, s’appelle «Lutine». Dès qu’elle le dit à l’écran, les internautes se mettent à chercher l’adresse du blog qui héberge les photos d’elle en lingerie (ou pas). Et le trouvent. Lutine en question avait prévu le coup: sur sa page d’accueil, il est écrit «bonsoir à ceux qui viennent ici après avoir visionné le reportage. J'assume aujourd'hui ma féminité, mon corps, ma sexualité et je la revendique. Si vous êtes choqué par ce que vous avez vu, n'allez pas plus avant dans la découverte de ce blog. Sinon, je vous souhaite la bienvenue». Sans surprise, le nombre de visiteurs a explosé sur ce blog depuis la diffusion de «Zone Interdite» — pour des raisons évidentes, 20minutes.fr ne met pas de lien.

Futilité?

Les heures avançant dimanche soir, l’émission finit par un sujet sur l’addiction au cyber-sex. «Les enfants sont couchés, M6 dégaine le lourd», commente un membre de Facebook tandis que, à la télé, la voix off évoque 30 millions d’internautes en France, dont 10% qui «visitent régulièrement des sites pornographiques» et recense «4 millions de sites pornos». «Seulement?, s’interrogent en chœur plusieurs inscrits sur Twitter. Ce chiffre est «fake», assène Joffrey. En réalité, il est quasi impossible de quantifier le nombre de sites pornos sur la toile, vu qu’ils se créent et disparaissent à la vitesse de l’éclair.

Pendant toute la soirée, un paquet d’internautes ont également conseillé de «zapper» ou de regarder «Les Révoltés du Bounty», excellent film diffusé sur Arte dimanche soir aussi. Quant à Bertrand Duperrin, un membre de Twitter, il se désole: «Douce France. C'est hallucinant. Le monde entier twitte sur l'Iran, la France sur M6. Décadence culturelle?»

Et vous, qu’en pensez-vous?