Une journaliste danoise jugée coupable de meurtre

MEDIAS Voulant démontrer la nocivité d'un shampooing, elle avait entraîné la mort de 12 poissons...

Sa. C. avec agence

— 

Vente de poissons tropicaux dans les rues de Gibara, Cuba, le 18 avril 2008.
Vente de poissons tropicaux dans les rues de Gibara, Cuba, le 18 avril 2008. — C. DAUT / REUTERS

C’est une histoire incroyable qu’a vécue Lisbeth Koelster, une journaliste de la télévision publique danoise DR1. Mardi, elle a été jugée coupable du meurtre de douze petits poissons d'aquarium, selon le tribunal de Glostrup.
 
«Mauvais traitement»
 
Le crime remonte à novembre 2004. Lisbeth Koelster, qui travaille pour une émission de défense des consommateurs, veut démontrer la toxicité du shampooing antipelliculaire, Terva. Elle verse un liquide extrêmement dilué de ce shampooing, qui contient un agent fongicide et bactéricide concentré, dans l'eau d’un aquarium. 24h plus tard, les premiers poissons tournent de l’œil, suivis par la quasi-totalité du bocal, douze en tout, dans les trois jours qui suivent. Un seul survivra. Outré par tant de violence, un téléspectateur, vétérinaire de son état, porte plainte dans la foulée, accusant la journaliste d’avoir fait subir des souffrances inutiles aux poissons et de violation des lois sur la protection et sur l'expérimentation des animaux.
 
Quatre ans et demi après les faits, la justice danoise a donc tranché, estimant que la journaliste avait «délibérément commis un acte de mauvais traitement des animaux», et enfreint la loi sur la protection animale. La journaliste a toutefois été acquittée de violation de la loi sur l'expérimentation des animaux. Le juge Thomas Lohse n'a pas prononcé de sanction contre l'accusée, estimant qu'il s'est passé un temps déraisonnablement long, entre la plainte contre elle, en 2004, et le procès qui s’est tenu en mai 2009. Conformément à la Convention des Droits de l'homme, article 6, «tout inculpé a le droit à un procès dans des délais raisonnables», ce qui n'a pas été le cas dans cette affaire, a-t-il relevé.