« Lumières et décors sont les plus polluants »

— 

Avec plusieurs partenaires, vous lancez Ecoprod. De quoi s'agit-il ?

Ce projet veut responsabiliser les producteurs de fictions sur l'impact environnemental des tournages. Pour l'instant, on finance des recherches. Ensuite, on rendra ces outils de calcul accessibles via le Net (www.ecoprod.com).

Qu'est-ce qui pollue le plus ?

Les décors en plastique non réutilisés et la lumière. Pour ses mille premiers épisodes, l'équipe de « Plus belle la vie » a calculé qu'elle avait consommé 1 million de kilowatts heures en climatisation et en éclairage... On cherche des solutions. Paris possède des lieux de tournage majeurs, comme le parvis du Trocadéro. Nous réfléchissons avec EDF pour y installer des prises de courant spécifiques, ce qui éviterait les groupes électrogènes.

Les producteurs n'ont pas obligation de suivre vos conseils...

Nous ne voulons pas obliger mais responsabiliser, et nous ne sommes pas seuls. Aux Etats-Unis, Kiefer Sutherland a milité pour que la série « 24 h chrono » limite son empreinte carbone. W

Recueilli par Maxime Robin

Ecoprod est lancé par le groupe Audiens, la Commission du film d'Ile-de-France, France 5, TF1, l'Ademe et la Drire Ile-de-France.