Le syndicat de France 3 accuse la chaîne d'avoir «retiré un sujet qui dérange»

MEDIAS Le retrait concerne un reportage sur Hervé Novelli, le secrétaire d'Etat au commerce. Le sujet n'est plus sur le site Web de la chaîne mais a bel et bien été diffusé à l'antenne...

AA avec agence

— 

Le secrétaire d'Etat au Commerce, Hervé Novelli, a détaillé lundi le nouveau dispositif de l'auto-entrepreneur, qui permettra à partir du 1er janvier 2009 aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité complémentaire pour augmenter leurs revenus.
Le secrétaire d'Etat au Commerce, Hervé Novelli, a détaillé lundi le nouveau dispositif de l'auto-entrepreneur, qui permettra à partir du 1er janvier 2009 aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité complémentaire pour augmenter leurs revenus. — Alix Guigon AFP/Archives

Alors que France 3 a confirmé avoir retiré de son site Web un reportage sur le passé d'Hervé Novelli à la demande de son avocat, le SNJ-CGT a condamné une «censure désastreuse pour l'image» de la chaîne publique.

Selon le syndicat, «retirer un sujet qui dérange, c'est signifier que tous les autres reportages sont sous contrôle et validés par le pouvoir». Pour la direction régionale de France 3, «c'est une procédure habituelle prise à titre conservatoire qui s'applique dans tous les cas de litiges juridiques».
 
Le passé qui remonte

On l’écrivait ce week-end: ce qui dérange Hervé Novelli, c’est que ce reportage rappelle les liens de jeunesse qu’il a entretenu avec l’extrême droite. C’est du passé, mais l’avocat de Novelli, Me Fedida, a mis en garde France 3 sur les risques «d'atteinte à l'honneur» de son client avant même la diffusion du reportage. Malgré la lettre, «ils ont pris la décision de le diffuser», regrette l’avocat qui explique «leur (avoir) ensuite écrit en leur disant que la diffusion (du JT) sur Internet aggravait le préjudice».
 
Le reportage était diffusé dans le cadre de la couverture de la primaire organisée par l'UMP pour désigner son chef de file pour les régionales en 2010, primaire qui opposait dans un climat très tendu Hervé Novelli à l'ancien ministre Serge Lepeltier. Au final, Novelli l’a emporté avec 72,6% des voix contre 27,4% à Lepeltier.