Orange se lie à l'Arménie, pour une télé et des marchés

— 

Petite chaîne, grands enjeux. La chaîne officielle arménienne Arm1, lancée aujourd'hui par Orange en France sur son offre de télé par ADSL, en présence du ministère des Affaires étrangères d'Arménie n'est pas prévue pour être un blockbuster d'audience. Sa mission est ailleurs, entre symbole évident et business plan. Présente autrefois sur les bouquets Numericable et sur TPS, « Arm1 avait été retirée, or la communauté arménienne, si elle se sent très française, aime savoir ce qui se passe en Arménie. Même si la plupart n'ont plus aucune famille sur place », note Franck Papazian, président en France du parti Dashnak, qui estime le public potentiel à 450 000 personnes.

Avec trois radios FM (Ayp FM, Radio Arménie, Radio A), des journaux, dont le quotidien Haratch, les médias destinés aux Arméniens de France sont toujours vivaces. « Quand Arm1 a disparu du bouquet TPS, mon père était désespéré », raconte Gorune Aprikian, producteur de cinéma. Dans un premier temps néanmoins, Arm1 ne sera disponible que par l'ADSL et non par la réception satellite, ce qui exclut certaines zones. Au passage, l'opérateur resserre des liens plus que favorables à son avenir économique : Orange a remporté, fin 2008, l'appel d'offres pour l'attribution de la troisième licence mobile en Arménie et lancera son offre à la fin de l'année. ■ Anne Kerloc'h