Un éclairage placé sous le sceau de l'ambition

Alice Coffin

— 

Au ministère de la Justice, on s'inquiète de la diffusion, ce soir à 20 h 45 sur Arte, du documentaire Dati l'ambitieuse. Programmé dans le cadre d'une Thema « Les femmes sont-elles des hommes politiques comme les autres ? », ce portrait s'ouvre sur un constat, déjà décliné par de nombreux magazines ou livres : « Née dans une cité de parents immigrés et illettrés, rien ne la prédestinait à devenir ministre de la Justice. » S'ensuit le récit d'une « saga que Dati a su orchestrer ». De son arrivée à Paris où « elle a écrit à la moitié du Who's Who », témoigne Catherine Nay, journaliste politique et épouse d'Albin Chalandon, le mentor de Dati, jusqu'à sa disgrâce actuelle : ascension et chute d'une icône (la traduction du titre choisie pour les téléspectateurs allemands).

« On nous avait dit que ce serait une émission de fond et en réalité, ils en ont fait une opération marketing sans chercher la vérité », explique-t-on au ministère. « C'est vrai qu'il y a eu un énorme buzz autour de ce documentaire, explique Taly Jaoui, coréalisatrice avec Antoine Vitkine. J'ai même lu sur Internet que Dati s'apprêtait à faire l'actrice dans une série sur Arte. Face à ce délire, il faut rappeler que le film cherche juste à dégonfler tous les fantasmes sur cette Rastignac sexy, et à revisiter ce conte de fées moderne. » En montrant à quel point la faculté de la garde des Sceaux à établir des contacts a été déterminante. « Son inquiétude face à notre documentaire est symptomatique de son rapport aux médias, insiste Antoine Vitkine. Elle ne rechigne pas à mettre en avant son histoire et, en même temps, elle a peur des journalistes. Mais on ne l'a pas piégée. »

Rare qu'Arte déclenche autant les passions. « C'est un coup, reconnaît le producteur Daniel Leconte. Si on a pu le faire, c'est justement grâce à la crédibilité de la chaîne et de Doc en stock [le nom de la société de production]. Mais le ministère savait qu'on n'allait pas opter pour une lecture lisse et un sujet institutionnel. » Le tout ne verse pas non plus dans le people, « il ne s'agissait pas de gloser sur sa grossesse », souligne Emmanuel Suard, directeur adjoint des programmes d'Arte. Il confesse néanmoins que le film devrait attirer « un public différent », et qu'il « suivra avec intérêt » l'audience recueillie par Dati l'ambitieuse. ■