L'hyperconsommation, c'est fini

— 

Bye-bye lingettes, bye-bye surgelés. Avec la crise, les ménages épurent leur consommation. Parmi les achats délaissés, négligés, abandonnés sur les rayons, le 4 x 4, les plats cuisinés, le lecteur Blu-Ray et l'eau en bouteille. Désormais, note le sociologue Robert Rochefort, « On achète moins, mais mieux ». Un produit, oui, mais « qui a du sens, des valeurs », et non un bien de consommation sans foi ni scrupules. Les hypermarchés « emblème de l'hyperchoix » étouffant seraient même en train de perdre du terrain au profit des petits commerces et marchés de quartier. ■