le catch français n'a pas de prise Sur les chaînes

— 

Eurosport se met au catch. Dès jeudi, la chaîne inaugurera un rendez-vous hebdomadaire en prime time, consacré notamment à l'actualité de la World Wrestling Entertainment, encadré par la Fédération américaine de catch. Et oui, américaine. Car si ce sport séduit les télés françaises (NT1, W9, TF6), il s'agit toujours du catch made in US. « Une grosse amertume, soupire Marc Mercier, président de la fédération française de catch professionnel. Les chaînes veulent du spectacle, alors elles vont chercher des bibendums, des mecs hyperdopés qui finissent avec dix fois Alzheimer à 35 ans ! »

Dopage ou pas, les sons, lumières et délires du show à l'américaine en font une attraction télévisuelle ultra-compétitive. « C'est la qualité de production du catch US, son côté très divertissant qui nous séduit », soutient Arnaud Simon, directeur de l'antenne d'Eurosport, qui se déclare cependant ouvert à diffuser du catch européen, si ce dernier monte en puissance. « Nous, on est surtout suivi par les médias locaux, lors de galas en régions. On remplit des zéniths, mais les médias nationaux ne le savent pas », résume le catcheur français, Flesh Gordon. Qui ajoute « en fait, en termes d'images, le catch français contre le catch américain, c'est un peu comme comparer le feuilleton "Dolmen" et la série "Dallas" » ■ A. C.