La télé du futur a débarqué sur Facebook, le temps de l'investiture d'Obama

MEDIAS CNN et le réseau social s'étaient associés pour l'événement. Une expérience captivante...

Alice Antheaume

— 

 Capture d'écran du live de CNN sur Facebook
 Capture d'écran du live de CNN sur Facebook — DR

Une «cyberinvestiture» plutôt qu’une investiture. Alors que Barack Obama prenait ses fonctions officielles de président, ce mardi, le Net était en ébullition. Fascinante, l’application de la télé américaine CNN établie sur le réseau social Facebook. On pouvait y voir les images de l’événement en direct, et, juste à côté du lecteur vidéo, une liste de commentaires rédigés en temps réel par les membres de Facebook. 
 
«Obama est nerveux», lance un internaute en anglais; «Il va se faire tuer», craint un autre, cette fois en français; «Michelle en gants verts?????», remarque un troisième, en espagnol. En tout, plus de 600.000 messages ont été postés pendant l’événement sur cette application, ce qui fait une moyenne de 4.000 commentaires par minute, répertorie le site Allfacebook.com. Le pic? Il a eu lieu pendant le discours de Barack Obama, avec 8.500 commentaires par minute. Une sorte de live-blogging à l’échelle d’un réseau social - qui compte plus de 150 millions de comptes actifs.
 
Selon Philippe Gammaire, qui gère le site Universmedias.com, la séquence CNN/Facebook, c’était l’endroit où être ce mardi. «C’est le Web tel qu’il est aujourd’hui: massivement participatif, social, écrit-il dans une note. La télévision en direct associée au plus grand réseau social, dans une interactivité permanente: c’est peut-être cela la télé du futur.»

Les images restent, la télé change de lucarne

La télévision, qui a perdu sa capacité à réunir des milliers de spectateurs autour de rendez-vous à heures fixes (sauf lors de soirées électorales et grands rendez-vous sportifs en direct), voit ainsi revivre ses grand-messes sur une plate-forme communautaire. Pour survivre à l’érosion de son média, la télévision doit-elle agréger ses contenus live sur un réseau social plutôt que de les mettre en ligne sur son propre site Web? Il est certain que l’audience, même sur CNN.com, ne sera jamais aussi nombreuse que sur un réseau comme celui de Facebook.
 
Autre conséquence de cette expérience: l’évolution du rôle du commentateur à la télévision. Quand des millions d’internautes réagissent en même temps que le journaliste de CNN au micro, cela interroge. Si le journaliste continue à parler sans se référer à ce qui se déroule en ligne, un plus grand fossé risque de se creuser entre médias historiques et nouveaux médias. Reste que, mardi, les commentaires en ligne n’étaient pas aussi analytiques et précis que ceux des journalistes américains qui décrivaient les événements à l’antenne, mais plus tard?
 
Au même moment, Twitter, le site de micro-bloguing, décollait aussi. Ce mardi de l’entrée en fonctions de Barack Obama, cinq fois plus de messages ont été postés par minute que le mardi de la semaine précédente.
 
«Ce n’est qu’un aperçu de ce à quoi l’on peut s’attendre sous la présidence d’Obama (incontestablement, le premier président technophile de la nation), écrit le journaliste Chris Snyder sur le blog de «Wired». Il n’a pas que la presse à gérer, mais aussi toute la blogosphère et Twitter sur le dos, qui regardent chacun de ses gestes.»