La légion d'honneur... malgré elles

MEDIA Lundi, les journalistes Françoise Fressoz (Le Monde) et Marie-Eve Malouines (France Info) ont fait part de leur «étonnement» de s'être vues attribuer la médaille, sans l'avoir réclamée.

Recueilli par A. K.

— 

La traditionnelle liste de promotion de la Légion d'Honneur du 1er janvier n'est pas parue mardi au Journal officiel, mais le sera "prochainement", a-t-on indiqué à l'Elysée.
La traditionnelle liste de promotion de la Légion d'Honneur du 1er janvier n'est pas parue mardi au Journal officiel, mais le sera "prochainement", a-t-on indiqué à l'Elysée. — Jacques Demarthon AFP

Elles n’avaient pourtant rien demandé... Les deux journalistes figuraient sur la liste proposée par Roger Karoutchi, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement. Elles ont décidé de refuser la légion d'honneur. 20 Minutes a interrogé Marie-Eve Malouines au sujet de cette distinction inattendue.

Quand avez-vous appris que vous veniez d’obtenir la légion d’honneur?
Il y a quelques jours par un confère qui m’a félicitée! Je suis tombé des nues et j’ai même cru qu’il me faisait une blague, qu’il avait bidouillé un document en rajoutant mon nom, mais… non!

Avez-vous eu une explication?
D’après ce que j’ai compris, j’ai été recommandée par quelqu’un auprès de Roger Karoutchi, à titre d’ancienne vice-présidente de l’association des journalistes parlementaires. J’ai toujours pensé qu’avant de faire passer un dossier de légion d’honneur, on prévenait la personne. Apparemment, ce n’est pas le cas.

Pourquoi la refusez-vous?
A mes yeux, l'attribution de la légion d'honneur se justifie quand on a accompli quelque chose d'exemplaire et d'exceptionnel, et rien dans mon parcours ne le justifie. Il est hors de question que je l'accepte. Le problème est maintenant que c’est inscrit au Journal Officiel. Mais bon, on a un an maximum pour aller la chercher, donc je n’irais pas la chercher et voilà tout.