Réforme de l'audiovisuel public: la publicité sera supprimée par décret

MEDIA C'est ce qu'a affirmé mercredi Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP...

Avec agence

— 

Nicolas Sarkozy prononcera un discours sur la télévision publique mercredi à l'occasion de la remise du rapport de la commission Copé, après avoir reçu la direction et l'intersyndicale de France Télévisions, a annoncé mardi l'Elysée.
Nicolas Sarkozy prononcera un discours sur la télévision publique mercredi à l'occasion de la remise du rapport de la commission Copé, après avoir reçu la direction et l'intersyndicale de France Télévisions, a annoncé mardi l'Elysée. — Jean Ayissi AFP/Archives

Le gouvernement passera bien en force sur la réforme de l'audiovisuel public. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, a affirmé mercredi dans un communiqué que la publicité sur les chaînes de télévision publiques serait «supprimée par décret». Le gouvernement met dons sa menace, brandie dès le début du mois, à exécution.

Selon Frédéric Lefebvre, le gouvernement serait contraint au décret à cause de «l'obstruction socialiste» à l'Assemblée.

>> Retrouvez notre dossier sur l’audiovisuel public en cliquant ici.

Christine Albanel, la ministre de la Culture, avait déjà averti lundi de l'imminence d'un décret présidentiel si la réforme de l'audiovisuel public n'avançait pas rapidement à l'Assemblée nationale. Car l'hémicycle a accumulé du retard sur plusieurs dossiers ces dernières semaines, notamment celui de la réforme de l'audiovisuel, dont le vote, prévu le 9 décembre, a finalement été repoussé au 16. Or, le gouvernement tient à tout prix à ce que la réforme soit adoptée avant la fin de l'année pour respecter la date butoir du 5 janvier, date à laquelle la publicité doit commencer à disparaître des chaînes de France Télévisions.

«La réforme sera appliquée dès janvier, la publicité étant supprimée par décret, mais la compensation financée par les taxes serait, du fait de l'obstruction, retardée», a ainsi déclaré le porte-parole de l'UMP, confirmant que la date du 5 janvier restait inchangée. Et de poursuivre: «Les socialistes vont aboutir à l'inverse de ce qu'ils prétendent défendre.»