Les prud'hommes sortent du vote secret

Alice Coffin - ©2008 20 minutes

— 

Un documentaire, ce soir, sur France 5, une journée spéciale hier sur France Info, des sujets dans les JT, les élections prud'homales passionneraient-elles les médias? N'exagérons rien. « Vingt millions d'électeurs sont concernés, il y en avait cent fois moins pour le congrès du PS, et on en a parlé cent fois plus », tonne Jean-Louis Malys, secrétaire national de la CFDT. « Depuis quelques jours, le sujet est quand même abordé, nuance Jenny Kéguiner, réalisatrice d'"Aux prud'hommes", à 21 h 45 sur France 5. Même si, c'est effectivement insuffisant. » Un constat qui a poussé Philippe Chaffanjon, directeur de la rédaction de France Info à « installer un dispositif spécial. Parce que c'est le rôle d'une radio publique d'informer sur un sujet effectivement un peu compliqué. »

Une chose est sûre, « on en parle plus que lors des dernières élections en 2002 », souligne Eric Rocheblave, avocat spécialisé en droit du travail. « Mais il n'est pas certain que cela soit grâce aux journalistes. « Ce qui crée le buzz, poursuit-il, ce sont les campagnes de com très punchy du gouvernement et des syndicats. » Le ministère du Travail a financé une campagne de 7 millions d'euros, avec clips télé, spots radio et viral. « L'objectif, explique-t-on au ministère, est de ne pas retrouver les 70 % d'abstentions de 2002. » Même soif de communication chez les syndicats, en quête d'exposition. Sur le Web, le sketch « Dark Elevator », signé CFTC, met ainsi en scène des salariés bloqués dans un ascenseur social en panne. La CDFT s'amuse, elle, dans « Le bistrot du patron », où la carte propose un pouvoir d'achat sauce Medef, qui, « avec un Château Sarko, passe tout seul ». Devant la mine déconfite du client, le serveur suggère alors « chez Thibault [secrétaire général de la CGT], mais ça fait des années qu'ils essaient de rénover la carte et qu'ils n'y arrivent pas », avant de conseiller « chez Chérèque [leader de la CFDT], une maison sérieuse ». Bah oui, les prud'hommes, ça peut être drôle !