Polémique sur les émissions gouvernementales ou pas?

MEDIAS Désaccord à droite sur l’opportunité d’animer des émissions télé pour expliquer les réformes du gouvernement...

AA

— 

Franck Louvrier
Franck Louvrier — SIPA

Désaccord à l’Elysée. «Il n'appartient pas à l'Etat de produire ou d'animer des émissions gouvernementales», a lancé Franck Louvrier, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy dans une tribune intitulée «Non à la publicité politique» parue dans «Le Journal du Dimanche». Son avis vient contrecarrer les propos de Thierry Saussez, responsable du Service d'Information du Gouvernement, qui réfléchit «à une émission gouvernementale à la télévision».

Ce projet d’émission, actuellement à l’étude, devrait servir à expliquer les réformes en cours aux téléspectateurs: «Si les Français ont des questions sur le service public, sur les politiques publiques, sur les mesures ou sur les réformes, qui sont mises en oeuvre, on doit mettre en oeuvre des moyens qui soient adaptés à la situation de crise», a expliqué Saussez.

Exceptions

L’UMP avait déjà indiqué que c’était «une mauvaise idée». Pour Louvrier, c’est hors de question: «En dehors des circonstances exceptionnelles ou des traditions de voeux officiels qui voient le chef de l'Etat s'adresser à la nation, toute communication directe serait un mélange des genres douteux, dit-il. Coloniser l'espace de l'information avec de la communication, c'est assimiler le citoyen averti au consommateur capricieux».

En déclarant de mauvais genre le mariage médias et gouvernement, Louvrier se pose ainsi en défenseur de la liberté journalistique. Un concept qui, avec la réforme d’audiovisuel public et la nomination du futur président de France Télévisions par l'exécutif, est fortement malmené. Façon, donc, de rassurer les troupes alors que le projet de loi sera discuté le 25 novembre en séance publique de l’Assemblée nationale.

Le Web à la rescousse

Louvrier va plus loin et évoque l’opportunité du Net, lui qui condamnait en juin «des écarts étonnants entre la qualité des journaux papier et celle des sites Internet du même nom». Pour le conseiller de Nicolas Sarkozy, l’idée d’émissions gouvernementales lui paraît «d'autant moins nécessaire qu'Internet offre aujourd'hui aux responsables politiques le loisir de s'adresser directement au citoyen désireux de s'informer». Le site de l’Elysée a en effet déjà une webTV. En Angleterre, le site dédié à Gordon Brown, number10.gov.uk, est un exemple en la matière. Les internautes peuvent même poster une question sur l’économie au Premier ministre du Royaume-Uni, qui répond à quelques-unes en vidéo.