De « vrais » Bougon se rebiffent

A. K. - ©2008 20 minutes

— 

Pas encore diffusés... et déjà attaqués. Cet après-midi, le tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) rendra sa décision dans une demande de référé contre la diffusion des « Bougon ». A l'origine de cette surprenante guérilla judiciaire, une soixantaine de particuliers nommés Bougon, menés par Catherine (Bougon), qui estiment que la série leur est « gravement préjudiciable », arguant du fait qu'au Québec, le nom « Bougon » est devenu synonyme de resquilleur. L'avocat des sociétés de production a souligné que la fiction rendait au contraire « la France d'en bas sympathique ».

La polémique semble coller au destin des « Bougon ». Au Canada, avant même le lancement en 2004, ils avaient été accusés de donner une image négative des personnes bénéficiant de l'aide sociale. Par la suite, la série, qui en est à sa troisième saison, a remporté un immense succès populaire, avec des parts d'audience dépassant les 50 %.