«Je veux que l'on regarde ce qui se passe à l'étranger»

INTERVIEW A l'occasion du lancement des Etats généraux de la presse, François Dufour, qui préside le groupe «presse et société»...

Recueilli par Anne Kerloc’h

— 

La distribution du Journal du Dimanche a été bloquée dimanche à Paris et en province, en raison d'un mouvement de la CGT du Livre protestant contre la réforme des Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP), a-t-on appris de sources concordantes.
La distribution du Journal du Dimanche a été bloquée dimanche à Paris et en province, en raison d'un mouvement de la CGT du Livre protestant contre la réforme des Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP), a-t-on appris de sources concordantes. — Olivier Laban-Mattei AFP

François Dufour, cofondateur du groupe de Presse «Play Bac» et éditeur de quotidiens pour enfants, va présider le groupe de travail «presse et société» pour les Etats généraux de la presse écrite.

Les Etats généraux viennent d’être lancés, quel est votre programme?
Mon premier objectif est que les gens s’expriment, pour trouver un maximum de solutions. Après, je serais un entonnoir à solutions et je filtrerais, c’est mon rôle. Je vois bien un groupe de travail constitué de commandos de 4-5 personnes, chargés de se concentrer sur un thème précis. Surtout, je veux vraiment que l’on regarde ce qui se passe à l’étranger. C’est essentiel de sonder des personnes qui fonctionnent différemment pour trouver des pistes.

Avez-vous une liste de personnes pour votre groupe de travail?

Rien n’est tranché à ce jour, cela va se faire très vite.

Pourquoi avez-vous choisi de vous investir dans cette mission?

J’adore la presse écrite, j’adore lire les journaux et je pense qu’on peut mieux faire. Toute ma vie, je me suis intéressé à l’éducation des enfants et des jeunes adultes. Si on ne peut pas leur donner le goût de s’intéresser au monde par la lecture de la presse, ce sera un échec. Quand on y réfléchit, au fond, c’est plus important de faire comprendre le monde aux enfants que de faire de la physique-chimie. Nous ne deviendrons pas tous physiciens ou chimistes mais nous serons tous des citoyens du monde.