Les jeunes patrons ont aussi leur « Loft »

B. D. - ©2008 20 minutes

— 

Ailleurs aussi, on chante et on flirte devant les caméras. Mais on n'oublie pas de faire des affaires. Sur les télés anglo-saxonnes, « l'éventail des thématiques explorées est plus large qu'en France», explique Bertrand Villegas, directeur associé de l'agence de veille internationale The Wit. En plus des concours de chant, d'incroyables talents, ou de course au célibataire, il existe des concours 100 % business. Ainsi « The Apprentice » où de jeunes entrepreneurs cherchent à décrocher un poste haut placé au sein d'une des sociétés de Donald Trump, ou - du côté des émissions dites « feel good » (bons sentiments) - « The Secret Millionaire ». Des Crésus British s'installent secrètement dans des quartiers défavorisés et choisissent d'aider des habitants avec leurs propres deniers. Pourtant, selon Bertrand Villegas, « le genre numéro 1 est toujours le concours de chant ». Ça tombe bien, la « Star Ac' » revient vendredi...