Laurence Ferrari et Thomas Hugues se retrouvent à l'écran

MEDIAS Une émission à suivre...

AA

— 

Laurence Ferrari, dont l'arrivée lundi à la présentation du journal de TF1 est très médiatisée, a expliqué à l'AFP qu'elle ne voulait pas "révolutionner" mais faire des "changements progressifs" dans ce JT, qu'elle dit aborder "concentrée" et en toute humilité.
Laurence Ferrari, dont l'arrivée lundi à la présentation du journal de TF1 est très médiatisée, a expliqué à l'AFP qu'elle ne voulait pas "révolutionner" mais faire des "changements progressifs" dans ce JT, qu'elle dit aborder "concentrée" et en toute humilité. — Valery Hache AFP

Drôles de retrouvailles. Laurence Ferrari, la nouvelle présentatrice du 20 heures de TF1, était l’invitée ce samedi miidi de Thomas Hugues, qui anime une émission d’analyse des médias sur France 5. Le couple, divorcé à la ville, était il y a quelques années un couple à l’écran, pour co-présenter des émissions, dont «Sept à Huit», sur la première chaîne.

>> Pour revivre la première de Laurence Ferrari, c'est ici >>

En live

Depuis le 25 août, date de son premier 20 heures, «c'est la première fois qu'elle parle sur un plateau», annonce le présentateur en guise d'introduction de son invitée. Et dans le reportage qui s'ensuit à l'écran, voici Laurence Ferrari qualifiée de «madone de TF1». Face à ses rivaux PPDA et même Claire Chazal, Laurence Ferrari, «c'est un peu Usain Bolt au 100m, complimente la voix off du reportage. Elle a une longueur d'avance.»

Le reportage terminé, retour sur le plateau de «Médias le magazine». «Salut Laurence, c'est un exercice un peu particulier pour tous les deux», lance Thomas Hugues pour accueillir Laurence Ferrari qui rit, un poil nerveuse, semble-t-il. Et pour cause.

Vont-ils se tutoyer? Non, Hugues choisit le vous, «un vous collectif pour parler de la rédaction de TF1», puisque Laurence Ferrari est aussi directrice adjointe de l'information de la première chaîne. Bizarre? «Je vouvoierai tous mes invités dans cette émission, s'empresse de préciser Thomas Hugues, même ceux avec qui j'ai travaillé ou que j'ai croisés.»

Jean-Claude Dassier, l'un des patrons de TF1, se dit «déçu par les enquêtes», interroge Thomas Hugues. Ce à quoi Laurence Ferrari trouve effectivement que «c'est encore inégal et qu'il faut y travailler.» Thomas Hugues évoque la fragilité de l'audience atteint par le 20 heures. Son invitée fait un lapsus: «38... euh non, 8 millions de spectacteurs, c'est bien». Puis intervient une séquence, extraite du Grand Journal de Canal+, où PPDA se moque des résultats de celle qui a pris sa place. Et Laurence Ferrari de rétorquer: «Je souhaite à PPDA de se tourner vers l'avenir, de tourner la page.»

Mission afghane annulée

On sent que l'invitée s'agace, d'autant que Thomas Hugues lui coupe la parole: «j'ai le droit de poser des questions aussi», reprend Laurence Ferrari.

Thomas Hugues évoque alors le projet de Ferrari de délocaliser le JT en Afghanistan du 10 au 12 septembre, une information révélée par 20minutes.fr. Mais le projet a été abandonné. «Pour des raisons matérielles, pour des raisons de sécurité, cela ne s'est pas fait», a justifié Laurence Ferrari. Mais «on ira aux Etats-Unis» pour les élections américaines.

L'affaire Florence Schaal

Evoquant l'affaire Florence Schaal, l'envoyée spéciale de TF1 qui avait annoncé cet été la mort du petit Louis, alors que celui-ci ne l'est pas, Thomas Hugues demande à son invitée: «Faut-il sanctionner?». Laurence Ferrari ne répond pas directement: «ce qui est arrivé à Florence nous a tous meurtri. C'est le cauchemar de n'importe quel journaliste de donner une fausse information.» Laurence Ferrari glisse que si c'était elle qui avait présenté le 20 heures ce soir-là, elle aurait donné la parole à Florence Schaal, faisant confiance à ses «30 ans de métier». Pourtant, TF1 a reçu cette semaine une mise en demeure par le CSA sur cette affaire, car aucun rédacteur en chef n'avait parlé avec l'envoyée spéciale avant son passage à l'antenne. «Il n'y a eu aucun dysfonctionnement» à la rédaction parisienne, a redit Ferrari.

A voir: «Médias le magazine», l'émission de Thomas Hugues, est diffusée samedi à midi et rediffusée le dimanche à 16h40.