Samuel Etienne à l'épreuve du mercato

Raphaëlle Baillot - ©2008 20 minutes

— 

Que devenait Samuel Etienne, porté disparu dans ce mercato télé survolté ? Déjà deux mois qu'il avait annoncé son départ de « L'édition spéciale » sur Canal+. Samedi, fin du suspense : France Télévisions a confirmé son arrivée sur France 3, pour remplacer Christine Ockrent au magazine politique hebdo. Mais aussi sur France 4 pour une mensuelle d'actualité. Sans plus de détails... mais ô joie, le journaliste a accepté de révéler en exclusivité à 20 Minutes le concept de ses futures émissions.

· Dépoussiérage sur France 3 En deuxième partie de soirée le vendredi, « l'émission politique et société de France 3 tournera autour d'un invité, une femme ou un homme politique que nous surprendrons avec des chroniques ou des hôtes imprévus. Il réagira aussi à un long sujet de la rédaction. » Samuel Etienne ne le dira pas ainsi, mais le chef des infos de la Trois, Paul Nahon, compte sur lui pour dépoussiérer un bon coup le rendez-vous, histoire de retrouver des audiences acceptables. « Je veux que la bonne humeur règne sur le plateau, dans un esprit souriant, et même limite déconne, si le sujet s'y prête. »

· Bain de lycéens sur France 4 Samuel Etienne a aussi obtenu un bonus : une création proposée à France 4 il y a seulement quelques semaines avec son ami producteur Grégoire Olivereau, rencontré sur la chaîne Planète. « Une fois par mois, on s'installera dans un lycée choisi pour la saison. Pendant quatre-vingt dix minutes, en prime à partir d'octobre, on mettra un politique dans ce bain de lycéens avec, en face, un people puis un contradicteur. Ce sont les jeunes qui construiront l'émission, ils choisiront les thèmes d'actu dont nous débattrons sur le plateau. »

Faisons le bilan : d'une quotidienne sur Canal+ à une hebdo et une mensuelle sur un service public en pleine crise, pas sûr que ce soit la meilleure opération du mercato. « Pour moi, c'est bien mieux, défend-il. Je retrouve des projets qui me correspondent vraiment, qui collent à ma vision du journalisme. Finalement, je n'étais pas à l'aise avec le mélange humour et actualité. »