Le magazine «Ebdo» s'arrête, son éditeur en cessation de paiement

PRESSE Le journal à qui Nicolas Hulot ne pardonnera jamais va cesser de paraître après trois mois d’existence…

20 Minutes avec AFP

— 

Le premier numéro du magazine «Ebdo».
Le premier numéro du magazine «Ebdo». — ISA HARSIN/SIPA

Trois petits tours et puis s’en vont ! Ebdo va cesser de paraître trois mois après son lancement, faute de lecteurs, et son éditeur s’est déclaré en cessation de paiement, ont indiqué ce jeudi ses fondateurs.

Alors que sortait vendredi le dixième numéro, le nombre d’abonnés stagne à 8.000 et les ventes au numéro sont tombées « entre 8.000 à 10 000 », selon son cofondateur Laurent Beccaria. Soit moins de 20.000 exemplaires au total, alors que le journal visait 70.000 abonnés et 20.000 ventes en kiosque fin 2019 pour atteindre l’équilibre financier. Ebdo a surtout surpris dès son cinquième numéro avec sa une sur Nicolas Hulot, révélant que le ministre de la Transition écologique avait fait l’objet d’une plainte pour viol en 2008, classée sans suite pour cause de prescription, et spéculant sur un cas de harcèlement sexuel sur une ex-collaboratrice, bien que l’intéressée ait elle-même démenti.

>> A lire aussi : «Vraiment», «Ebdo»... «Ces titres s’adressent au même public, il faut voir s’il y a de la place pour tous»

Ils ont reconnu un « échec commercial », en raison de ventes décevantes qui se sont ajoutées au retrait d’investisseurs et de deux banques. Rollin Publications a demandé la nomination d’un administrateur judiciaire pour « préserver l’activité » des revues XXI et 6mois qu’il édite également, et sauvegarder une partie de ses 63 emplois.