Ebdo dément avoir déposé le bilan mais cherche des investisseurs ou un repreneur

FINANCEMENT « Nous sommes dans la recherche de solutions de reprise depuis plusieurs semaines. Nous étudions toutes les options. Tout est encore ouvert », a expliqué le co-fondateur de « Ebdo »…

20 Minutes avec AFP

— 

Laurent Beccaria, le co-fondateur de Ebdo, à Paris le 27 septembre 2017.
Laurent Beccaria, le co-fondateur de Ebdo, à Paris le 27 septembre 2017. — JOEL SAGET / AFP

Face aux difficultés du magazine Ebdo qu’elles ont lancé en janvier, les éditions Rollin cherchent activement des repreneurs ou des investisseurs, selon des sources concordantes.

>> A lire aussi : «Le Média citoyen», «L'Ebdo»... Quel avenir pour les médias alternatifs?

« Nous sommes dans la recherche de solutions de reprise depuis plusieurs semaines. Nous étudions toutes les options. Tout est encore ouvert », a affirmé mardi dans un communiqué Laurent Beccaria, président de Rollin Publications.

Le magazine dément avoir déposé le bilan

Une réunion prévue mardi après-midi avec la quarantaine de salariés que compte Ebdo, et qui avait pour objet « d’informer la rédaction des événements à venir » a été reportée à jeudi, selon la direction, qui dément avoir déposé le bilan. Cette reprise pourrait comprendre, en sus d’Ebdo, les revues à succès XXI et 6Mois, que Rollin édite également, ou plus simplement de nouveaux investisseurs, selon une source proche du dossier.

>> A lire aussi : Rumeurs sur Nicolas Hulot: Le ministre «ne pardonnera jamais» à «Ebdo»

Rollin a lancé en janvier cet hebdomadaire 100 % papier et sans publicité, qui se veut contre la « surinformation », « non partisan » et « fondé sur les faits ». Le journal a connu un lancement moins bon que prévu, alors qu’il vise 90.000 ventes dans deux ans.

Une enquête sur Nicolas Hulot qui a mis le feu aux poudres

Ebdo a surtout surpris dès son cinquième numéro avec une enquête sur Nicolas Hulot, révélant que le ministre de la Transition écologique avait fait l'objet d'une plainte pour viol en 2008, classée sans suite pour cause de prescription, et spéculant sur un cas de harcèlement sexuel sur une ex-collaboratrice, bien que l’intéressée ait elle-même démenti. Nicolas Hulot a porté plainte pour diffamation et, suite à ce sujet, un investisseur individuel qui devait mettre de l’argent dans le journal s’est désisté, selon Libération.

>> A lire aussi : Rumeurs sur Nicolas Hulot: Critiqué pour son enquête, le magazine «Ebdo» se défend

Suite au retrait de cet investisseur, une augmentation de capital de deux millions d’euros à laquelle devaient souscrire huit personnes morales a été annulée. Et les crédits bancaires de quatre millions d’euros sur lesquels les fondateurs du journal comptaient n’ont pas été débloqués.

>> A lire aussi : Rumeurs sur Nicolas Hulot: Schiappa juge «irresponsable» l'article du magazine «Ebdo»

La société Rollin Publications se retrouve avec un million d’euros en réserve, issu des succès de ses autres revues et de la campagne de financement participatif ayant précédé la sortie d’Ebdo.