France Télévisions: Le CSA soupçonné d'avoir facilité la nomination de Delphine Ernotte

ENQUETE Selon « Le Canard enchaîné », le président du CSA serait soupçonné d’avoir facilité la nomination de Delphine Ernotte à la tête de France Télévisions…

Emma Ferrand

— 

La présidente de France Télévision, Delphine Ernotte, le 4 novembre 2015
La présidente de France Télévision, Delphine Ernotte, le 4 novembre 2015 — Jacques Brinon/AP/SIPA

Delphine Ernotte aurait été pistonnée pour devenir la présidente de France Télévisions ? C’est ce que soupçonnent les enquêteurs de l’office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff). Selon Le Canard enchaîné, des documents concernant la nomination de la présidente du groupe audiovisuel public en 2015 ont été réclamés au CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) en décembre dernier.

Les enquêteurs, qui opéraient sur commission rogatoire de la juge d’instruction Milca Michel-Gabriel se sont rendus au siège du CSA le 20 décembre dernier, en pleine assemblée plénière. Celui-ci a confirmé l’information mais a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une perquisition de documents mais d’une demande.

L’Oclciff aurait commencé à envoyer les convocations aux huit membres du CSA présents à l’époque de la nomination, pour éclaircir cette affaire.

Une plainte déposée par deux syndicats

Si une enquête a été ouverte à ce sujet, c’est parce qu’une plainte avait été déposée par deux syndicats : la CFDT-Médias et la CGC-Audiovisuel. Ces derniers soupçonnent le président du CSA, Olivier Schrameck d’avoir fait pression pendant les délibérations de façon à écarter certaines candidatures. La nomination de Delphine Ernotte aurait donc été favorisée. Cette plainte déposée en juillet 2015 avait été classée sans suite. Les syndicats avaient porté plainte une deuxième fois avec constitution de partie civile. Celle-ci a permis la désignation de juges d’instruction.

Avant d’être rejeté en février 2016, un recours au Conseil d’Etat avait été déposé dans lequel il était estimé que Delphine Ernotte n’avait pas les compétences requises pour présider France Télévisions.

>> A lire aussi : France Télévisions: «Pas de tensions avec l'Etat, mais de nouvelles exigences», selon Delphine Ernotte