Le 50 m différé, nouvelle épreuve des JO ?

Raphaëlle Baillot - ©2008 20 minutes

— 

Pékin, qui rêve de Jeux aussi lisses que le bonnet de Laure Manaudou, négocie pour que le Comité international olympique diffère légèrement la retransmission des épreuves de cet été. Histoire de pouvoir trapper aux yeux du monde toute manif perturbatrice de sa grand-messe...

Le CIO produit en effet le signal international des épreuves, envoyé ensuite en direct sur les chaînes du monde. « Nous ne tolérerons pas de différé, car ce serait forcément à des fins de censure », prévient Daniel Bilalian, directeur des sports de France Télévisions. Ce serait en tout cas une triste première. « Vouloir dissimuler l'aspect politique, qui a toujours fait partie de l'histoire de l'olympisme, serait une illusion totale », rappelle l'historien du sport Philippe Tétart. Qu'eût été Mexico 1968 si les poings levés des athlètes américains Tommie Smith et John Carlos (un geste en hommage aux Black Panthers) avaient été coupés au montage ?

Cela dit, le CIO est tenu par des obligations commerciales : les antennes du monde entier ont payé les droits très chers (40 millions pour France Télévisions)... et pour du direct. Elles pourraient réclamer des millions en cas de changement de contrat. En revanche, personne ne pourra empêcher la télévision chinoise d'abuser chez elle du différé, comme à son habitude propagandiste. La CCTV a prouvé dimanche l'efficacité de la méthode : le coup d'éclat de RSF, qui a perturbé la cérémonie de la flamme, a été remplacé par des images d'Olympie façon clip de tour-opérator grec... d'un calme olympien.

Sur www.20minutes.fr

Notre dossier sur la Chine et le boycottage des Jeux olympiques