Le CSA démet Mathieu Gallet de ses fonctions de PDG de Radio France

MEDIAS Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a rendu sa décision ce mercredi, elle prendra effet dès ce jeudi...

F.R. avec AFP

— 

Le 31 janvier 2017, le CSA a révoqué Mathieu Gallet (ici en août 2015) de son poste de PDG de Radio France.
Le 31 janvier 2017, le CSA a révoqué Mathieu Gallet (ici en août 2015) de son poste de PDG de Radio France. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le couperet est tombé. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé ce mercredi sa décision de démettre Mathieu Gallet de ses fonctions de PDG de Radio France. La révocation prendra effet ce jeudi 1er mars.

Mathieu Gallet avait été auditionné à huis clos lundi par sept « sages » au siège parisien du CSA en espérant sauver son poste. Il avait récemment été condamné à un an de prison avec sursis et à une amende de 20.000 euros pour des faits de favoritisme remontant à l’époque où il dirigeait l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Mathieu Gallet devait donc démontrer au CSA que cette condamnation ne l’empêchait pas de diriger le groupe Radio France (France Inter, franceinfo, France Bleu, France Culture, France Musique, FIP, Mouv'…), financé en très grande partie par la redevance audiovisuelle.

« La pression de l’Etat a été plus forte que la présomption d’innocence »

La ministre de la Culture Françoise Nyssen avait par ailleurs jugé le maintien de Mathieu Gallet « inacceptable », au nom d’un devoir « d’exemplarité » des dirigeants d’entreprises publiques, et l’a appelé à « tirer les conséquences » de sa condamnation, tout comme le CSA.

Mathieu Gallet n’a cessé de clamer son innocence, avait fait appel et refusait de démissionner.

« C’est une décision que nous regrettons profondément. La pression de l’Etat a été plus forte que la présomption d’innocence », ont dénoncé les avocats Christophe Ingrain et Rémi Lorrain. Et d’ajouter dans leur communiqué : « C’est inquiétant de voir l’Etat promouvoir le principe d’exemplarité parce que c’est le règne de l’arbitraire. (…) Cette atteinte aux droits est un mauvais signe pour chacun d’entre nous. Désormais, tout homme est présumé coupable jusqu’à ce qu’il prouve son innocence. »

L’intérim assuré par Jean-Luc Vergne

C’est le CSA qui, en 2014, avait nommé Mathieu Gallet à la tête de Radio France. Il avait fait sensation lors d’un grand oral.

Jean-Luc Vergne, 69 ans, doyen des administrateurs de Radio France (nommés par le CSA) assurera l’intérim à la tête du groupe public, comme le prévoient les statuts de Radio France. Il est un ex-DRH de plusieurs grands groupes (Sanofi, Elf Aquitaine, PSA, BPCE) et n’avait pas d’expérience de l’audiovisuel avant d’intégrer le conseil d’administration fin 2016.

Un successeur nommé dans plusieurs mois

Ainsi que l’a indiqué récemment son président Olivier Schrameck, le CSA a l’intention de désigner un successeur à Mathieu Gallet, en vertu des règles actuelles, un processus qui prendra plusieurs mois.

Le gouvernement veut confier le pouvoir de nommer et révoquer les dirigeants de l’audiovisuel public aux conseils d’administration des sociétés concernées, une mesure qui devrait figurer dans un projet de loi attendu en fin d’année.