L’Équipe est absent des kiosques samedi suite à une grève très suivie de sa rédaction

PRESSE Les grévistes protestent contre la suppression de 25 postes…

B.C. avec AFP

— 

Plusieurs "Unes" du quotidien l'Equipe, photographiées le 9 juin 2015 à Boulogne
Plusieurs "Unes" du quotidien l'Equipe, photographiées le 9 juin 2015 à Boulogne — JOEL SAGET AFP

Le journal L’Équipe n’a pas paru samedi en raison d’un mouvement de grève « très suivi » selon l’intersyndicale, qui proteste contre des suppressions de postes. « Nous regrettons de ne pas pouvoir vous proposer votre journal aujourd’hui en raison d’un mouvement social », indique le quotidien sportif sur son site internet.

L’intersyndicale fait état dans un communiqué de « 95 % de grévistes à la rubrique football, 50 % à l’Omnisports, 20 % au web ». En revanche, le site internet fonctionnait.

D’autres grèves à prévoir

Un préavis avait été déposé jeudi. Les syndicats s’opposent à une réorganisation de la rédaction qui prévoit la suppression de 25 postes dans les services préparant le journal et les magazines (documentation, correction, infographie…).

« Au lieu de profiter des jours de préavis pour revoir sa copie, la direction des rédactions a tout mis en œuvre, en vain, pour que le journal paraisse, quitte à faire du low-cost, quitte à commander à l’avance et utiliser des articles de reporters grévistes et des papiers laissés au marbre », a écrit l’intersyndicale SNJ et SNJ-CGT.

« Face à une attitude aussi méprisable de la direction, l’Intersyndicale a décidé de changer de méthode. Désormais, il n’y aura plus de préavis. D’ici à la fin de la procédure d’information-consultation, chaque jour, chaque heure, est désormais susceptible d’être désignée comme une période de grève. »

Des ventes en baisse

Le groupe L’Équipe (qui fait partie du groupe Amaury, l’organisateur du Tour de France) compte environ 700 salariés.

En février 2016, la rédaction s’était mise en grève pour protester contre un plan de départs, empêchant la parution en kiosques de L’Equipe, un fait rare pour le quotidien. Si le journal progresse sur le numérique, ses ventes en kiosque ont baissé de 8,39 % en un an, selon les chiffres de l’ACPM, avec une moyenne quotidienne de 234.271 exemplaires.