Les Français retrouvent la confiance dans les médias traditionnels, se méfient d'Internet

PRESSE Le 31e baromètre réalisé par l’institut Kantar Sofres et présenté mardi par La Croix montre une « aggravation des fractures par âge et classe sociale »…

20 Minutes avec AFP

— 

Des quotidiens dans un kiosque le 9 septembre 2005 à Paris
Des quotidiens dans un kiosque le 9 septembre 2005 à Paris — HOCINE ZAOURAR AFP

La confiance envers les médias traditionnels remonte fortement en ce début 2018 tandis que les Français restent très méfiants envers les informations trouvées sur Internet, selon le 31e baromètre réalisé par l’institut Kantar Sofres et présenté mardi par La Croix.

>> A lire aussi, Pour la première fois, les médias, jugés « l’institution la moins fiable au monde »

Qu’il s’agisse de la radio (56 %, +4 % sur 1 an), qui reste le média jugé le plus crédible, de la presse écrite (52 %, +8 %) et de la télévision (48 %, +7 %), la confiance est en forte progression. Seul un Français sur cinq (25 %), en revanche, juge crédibles les informations qu’il trouve sur Internet. Cela s’explique notamment parce que, selon le « Trust Barometer » (« baromètre de confiance ») Edelman, nombreux sont ceux qui ne savent plus comment démêler les vraies informations des journalistes des rumeurs et autres mensonges qui circulent sur la Toile.

« Les médias ont plutôt bien rendu compte de l’élection présidentielle »

Les plus jeunes (18-24 ans) sont les moins sévères (31 %), tandis que 45 % des plus de 65 ans sont « sans opinion », selon le sondage. La confiance des Français vis-à-vis de l’indépendance des journalistes plafonne, elle, depuis des années autour de 30 %. Cette année, 68 % jugent les professionnels des médias perméables aux pressions du pouvoir politique et 62 % à celles de l’argent.

76 % des Français estiment cependant que « les médias ont plutôt bien rendu compte de l’élection présidentielle » de début 2017, contre 18 % d’un avis contraire. Le sondage enregistre moins de satisfaction chez les 18-24 ans, les ouvriers, les sympathisants de droite ou de La France insoumise.

Lutte contre les fake news

Pour approfondir l’information, les Français privilégient toujours les journaux télévisés des chaînes généralistes (34 %), suivis des chaînes d’information en continu (18 %). Ils souhaitent, à 90 %, que les médias fournissent « une information fiable et vérifiée », loin devant « des solutions » ou « un choix partisan ». Sur les réseaux sociaux, les Français disent accorder une plus grande confiance aux informations partagées par un site de médias (38 %) qu’à celles partagées par un « ami » (16 %).

Après des épidémies de fake news, et alors qu’Emmanuel Macron a annoncé le vote d’une loi sur le sujet pour 2018, la grande majorité des utilisateurs de réseaux sociaux (68 %) assure aussi faire attention à l’émetteur d’une information avant de la partager, une attention d’autant plus forte que le lecteur est diplômé et jeune.

>> A lire aussi : Fake news, lol et rumeurs : tour d'horizon des sites parodiques qui amusent le web

« L’aggravation des fractures par âge et classe sociale »

« Ce qui est frappant cette année est l’aggravation des fractures par âge et classe sociale », les mieux lotis étant les plus confiants et les plus vigilants sur Internet, souligne Carine Marcé, qui a coordonné l’enquête pour Kantar Sofres.

Le sondage renforce l’importance de l’éducation aux médias : sept Français sur dix jugent qu’il appartient à l’Éducation nationale de former à l’information et aux médias, et près de 90 % jugent qu’il est important d’apprendre aux élèves à rechercher sur Internet des informations vérifiées.

Le baromètre annuel de La Croix présenté mardi a été réalisé sur la base d’entretiens en face-à-face du 4 au 8 janvier auprès d’un échantillon de 1.000 personnes, représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus.