Condamnation de Mathieu Gallet: Le CSA se prononcera le 31 janvier sur l’avenir du PDG de Radio France

FAVORITISME Le Conseil supérieur de l’audiovisuel se prononcera le 31 janvier sur le maintien de Mathieu Gallet à la tête de Radio France, après sa condamnation pour favoritisme…

Anne Demoulin

— 

Mathieu Gallet, président du groupe Radio France, le 8 avril 2015 à Paris
Mathieu Gallet, président du groupe Radio France, le 8 avril 2015 à Paris — THOMAS SAMSON AFP

Le début de la fin ? Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a lancé mercredi une procédure contre Mathieu Gallet, président de Radio France, après sa condamnation en première instance pour favoritisme, lundi dernier. Le gendarme de l’audiovisuel a fait savoir dans un communiqué qu’il prendrait une décision sur l’avenir de Mathieu Gallet à la tête de Radio France le mercredi 31 janvier.

Mathieu Gallet sera entendu le 29 janvier

Le CSA étudiera les éventuelles contributions écrites qui lui seront adressées avant mercredi à 18 heures Ces contributions, dont on ignore la provenance, seront remises à la secrétaire du collège en mains propres et transmises dans la foulée transmises à Mathieu Gallet.

Le PDG de la Maison Ronde sera entendu le 29 janvier à 11 heures Le conseil présidé par Olivier Schrameck prendra sa décision lors de l’assemblée plénière du mercredi 31 janvier.

Pour mémoire, le patron de Radio France a été condamné à 20.000 euros d’amende et un an d’emprisonnement avec sursis pour délit de « favoritisme » entre 2010 et 2014, au moment où il dirigeait une autre institution française, l’INA. Il a fait appel de ce jugement.

« Les dirigeants d’entreprises publiques ont un devoir d’exemplarité. Un dirigeant d’entreprise publique condamné pour favoritisme, ce n’est pas une situation acceptable. Il appartient à l’intéressé d’en tirer les conséquences, ainsi qu’au Conseil supérieur de l’audiovisuel, légalement compétent », avait réagi au sujet de cette affaire la ministre de la Culture, Françoise Nyssen. Un message que Mathieu Gallet n’avait pas voulu entendre, puisqu’il avait fait savoir qu’il ne démissionnerait pas de son poste.