«Le Média» : Comment les «socios», ceux qui financent le pure player, ont-ils été séduits?

INFO 20 Minutes a demandé aux « socios » leurs avis concernant Le Média, et voici ce qu'ils ont répondu...

Emma Ferrand

— 

Une jeune fille sur le Web.
Une jeune fille sur le Web. — Janeb13/Pixabay

Alors que Le Média lance son premier journal télévisé dans quelques minutes, les "socios" qui lui ont donné vie expliquent pourquoi ils croient en ce nouveau pure player. Créé par des membres de la France insoumise, ce nouveau média espère faire parler de lui avec une maîtrise de l’information renouvelée.

Les socios interrogés réclament une nouvelle forme de journalisme avec davantage de subjectivité et d’analyse, mais également un traitement de l’information plus poussé. Ils apprécient également que Le Média soit financé par les citoyens.

Des informations pas assez étoffées

Pour Sandrine B., socio du Média, le manque d’analyse des informations pose problème. «Depuis quelques années, je ne regarde plus les JT. Quelle que soit la chaîne, quatre ou cinq infos y sont présentées au maximum, toutes sous le même angle et souvent sans réelle analyse. Les infos majeures sont malheureusement trop souvent laissées de côté et l’info "buzz" du jour est privilégiée.»

La programmation des chaînes de télévision actuelles déplaisent à certains, qui regrettent le manque de diversité. «J’en ai ras-le-bol de ce que nous offre la télé depuis quelques années, à tel point que je ne la regarde quasiment plus. (…) Toutes les chaînes se ressemblent, et plus il y en a, plus c’est la même chose ! J’en attends de la contradiction, du débat, comme c’est dans notre société, où différents points de vue sont présents sur différents sujets.», explique Domibaz, une internaute.

>> A lire aussi : «Le Média citoyen», «L'Ebdo»... Quel avenir pour les médias alternatifs?

Dire «oui» à la subjectivité

Sandrine B. aimerait que les journalistes soient plus transparents sur leur opinions. Elle explique que «le manque de transparence créé des amalgames et favorise une mauvaise interprétation. Le problème n’existerait plus si tout le monde donnait son avis dès le départ».

Elisa21 partage cette idée. Elle demande à ce que les médiateurs de l’information assument leur subjectivité, et c’est d’ailleurs ce point qui l’a attirée dans la pensée du Média. «La grande majorité des journalistes se drape dans une position dite objective ! On croit rêver ! Je préfère lire et écouter des journalistes qui affichent leur position.» Elle ajoute se sentir «balladée et pas informée» par les journalistes qui cachent leurs opinions.

Pour autant cette internaute ne s’emballe pas, et ne voit pas les journalistes du Média comme «des sauveurs de l’info», mais espère que le pure player deviendra un média plus «juste».

>> A lire aussi : Noël Mamère recruté par «Le Média», la chaîne lancée par des proches de Jean-Luc Mélenchon

Le choix du média participatif

Comme l’avait fait en 2008 le pure player d’Edwy Plenel, MediapartLe Média est financé uniquement par les citoyens. Pour devenir actionnaire, il suffit d’acheter un «titre de propriété» à 5 euros. Cette participation financière a séduit les socios, qui ne supportaient plus que la majorité des médias français appartiennent à de grands groupes industriels. «La promesse d’une dimension participative et contributive m’a parue vraiment originale et novatrice. (…) J’ai voulu à la fois la tester et m’y impliquer en rejoignant le discord des socios. Et là je me retrouve dans une fourmilière de gens normaux, habitants les quatre coins de la France et du monde, en train de réfléchir, proposer des idées d’émissions, chercher des sources», confie Domibaz.

A son tour, Elisa21 ajoute : «J’ai l’espoir que Le Média atteigne cet objectif grâce à son indépendance financière et politique, car non, ce n’est pas un organisme de presse de la France Insoumise».