France Télévisions: Moins d'«Envoyé spécial» pour faire des économies? Les reporters s'inquiètent

ECONOMIES France Télévisions décidera « dans les prochains jours » d’un éventuel changement de rythme de diffusion des magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête »…

L.B. avec AFP

— 

Illustration France Télévisions
Illustration France Télévisions — SOLAL/SIPA

France Télévisions décidera « dans les prochains jours » d’un éventuel changement de rythme de diffusion des magazines Envoyé Spécial et Complément d’enquête, envisagé pour faire des économies, a indiqué mercredi le directeur de l’information du groupe public. « Le service public de l’audiovisuel doit faire des économies. A France Télévisions, aucun périmètre, aucune direction n’est épargnée », a indiqué Yannick Letranchant sur France Inter, au lendemain d’une réunion du comité exécutif du groupe interrompue par des salariés des magazines d’information inquiets pour leur avenir.

>> A lire aussi : Le rédacteur en chef d'«Envoyé Spécial» écarté sur fond de polémiques

« Proposer en prime time "Complément d’enquête" »

Dans un courrier lu au cours de cette réunion et publié sur le site du blog du syndicat CGC de France Télévisions, les rédactions d’Envoyé Spécial et de Complément d’enquête s’inquiètent d’un projet de diffusion mensuelle et non plus quasi hebdomadaire de ces deux émissions de France 2. « Tout se regarde, à ce jour aucune décision n’est prise, on est encore dans la réflexion », a indiqué le directeur de l’information du groupe, précisant qu'« aucune émission n’échappe au regard des économies qu’on peut faire ». « On regarde chaque émission les unes après les autres et on regarde quel type d’économies on peut faire avec potentiellement un peu moins d’émissions, une exposition moindre, une organisation un peu différente….», a-t-il poursuivi.

>> A lire aussi : «Complément d'enquête» se penche sur «l'ami» Vincent Bolloré

« Ce n’est pas parce qu’il y aurait un petit peu moins (d’émissions) qu’il n’y aurait pas de l’investigation » à l’antenne, a-t-il affirmé indiquant vouloir « conserver les marques » et souhaiter « assurer aux téléspectateurs les rendez-vous du jeudi ». « L’une des options, c’est de proposer en prime time Complément d’enquête », aujourd’hui diffusé en deuxième partie de soirée sur France 2, a-t-il indiqué.

« On prendra une décision dans les prochains jours car on est en train de travailler sur le budget 2018 », et les éventuels changements de grille prendront effet à partir de janvier, a-t-il ajouté.

« Cela reviendrait à faire disparaître ces deux émissions »

Selon le courrier des salariés, la case du jeudi soir sur France 2 serait partagée entre Envoyé Spécial, Complément d’enquête, l’Angle Eco, l’Émission Politique et les portraits de Laurent Delahousse. Cette réorganisation entraînerait la suppression de « jusqu’à 30 équivalents temps plein (ETP) dans les magazines dont les effectifs s’élèvent à moins de 100 personnes, hiérarchie et production comprises », selon leurs estimations. Les journalistes de la chaîne s’inquiètent de cette réforme des magazines « qui prévoit un passage à une diffusion mensuelle des deux émissions hebdomadaires les plus emblématiques du service public ».

« Sans s’attarder sur le peu d’humanité d’un projet qui prévoit de se séparer de CDD dont certains sont des collaborateurs exclusifs et à temps plein de France Télévisions depuis plus de dix ans, nous souhaitons vous alerter sur les conséquences d’un tel choix », écrivent-ils. « Sans CDD, sachez qu’il ne restera plus que deux reporters à Complément d’enquête, et cinq à Envoyé spécial. autant le dire franchement : cela reviendrait à faire disparaître ces deux émissions. »

Le gouvernement a décidé fin septembre de réduire de 50 millions d’euros le budget du groupe public l’an prochain, à 2,57 milliards d’euros, par rapport à son contrat d’objectif et de moyens conclu avec l’ancien exécutif.