En couverture de «Valeurs actuelles», Michel Houellebecq offre une interview «testament»

COUV' Michel Houellebecq a donné une interview fleuve à « Der Spiegel » qui a été traduite par « Valeurs actuelles »…

L.B.

— 

L'écrivain Michel Houellebecq, en avril 2015
L'écrivain Michel Houellebecq, en avril 2015 — EFE/SIPA

Michel Houellebecq a donné une interview fleuve à Der Spiegel fin octobre. Elle a été traduite par Valeurs actuelles en étroite collaboration avec le romancier. Le magazine reproduit cette semaine le texte dans son intégralité et voilà un condensé de « la pensée de l’un des plus grands écrivains français des 30 dernières années ».

>> A lire aussi : On a compris l’expo Houellebecq grâce à «La Carte et le Territoire»

L’auteur des Particules élémentaires analyse la recette d’Emmanuel Macron, « une ode à l’optimisme ». Il y décrit le chef de l’Etat, « un être étrange » qu’il a rencontré avant son élection. « Il s’hypnotise lui-même, et ensuite hypnotise le pays tout entier », explique-t-il avant d’évoquer le retour du catholicisme.

Le retour du catholicisme pour éviter la guerre civile

Il a d’ailleurs la solution pour éviter la guerre civile en France. « Au fond, l’intégration des musulmans ne pourrait fonctionner que si le catholicisme redevenait religion d’État. Occuper la deuxième place, en tant que minorité respectée, dans un État catholique, les musulmans l’accepteraient bien plus facilement que la situation actuelle. Ils n’arrivent pas à se faire à l’État laïc, porteur d’une liberté de religion qu’ils ne comprennent pas. Le prophète Mahomet ne pouvait pas imaginer l’existence d’un athée », explique celui qui a écrit le très polémique Soumission, un livre d’anticipation où il imaginait l’arrivée au pouvoir d’un parti musulman.

Michel Houellebecq s’attaque ensuite à la politique. « La gauche (…) est à l’agonie. Ses idées sont mortes, le succès de Mélenchon ne reposait que sur lui-même, en aucun cas sur ses idées. » Et de poursuivre : « Il n’y a plus en France que la droite et l’extrême droite. La gauche a perdu sa force mobilisatrice. »

>> A lire aussi : En promo en Allemagne, Michel Houellebecq revendique «le droit d'écrire un livre islamophobe»

Paris impose des conditions de vie inacceptables aux chiens

Il finit par s’en prendre à la ville de Paris, qui « impose aux chiens des conditions de vie inacceptables ». « À quoi bon des jardins publics si les chiens n’ont pas le droit d’y entrer ? La France, de ce point de vue, est un pays extrêmement agaçant, avec sa manie ridicule de réglementer la vie quotidienne », s’agace-t-il.

En attendant son prochain roman, voilà quelques déclarations pour nous faire patienter.